Des experts antiterroristes confirment des liens entre l’AQMI et des réseaux de...

Des experts antiterroristes confirment des liens entre l’AQMI et des réseaux de narcotrafiquants

221
0
PARTAGER

Ces réseaux versent des millions de livres Sterling à l’AQMI qui leur facilite l’acheminement de la cocaïne vers l’Europe, indique le journal.

Des terroristes, qui maitrisent le terrain du désert ont conclu des accords avec les trafiquants, qui leur offrent des services d’escorte sécuritaire, en contrepartie d’une partie du revenu de leur commerce illicite, ajoute le journal, en citant des experts antiterroristes.

Ces derniers soulignent que « ces terroristes sont affiliés à l’AQMI, le groupe responsable de l’enlèvement de plusieurs ressortissants occidentaux et de l’assassinat d’un touriste britannique l’année dernier », poursuit le Telegraph.

Les fonds reçus par ces terroristes « peuvent servir pour attirer de nouvelles recrues et de planifier des attaques terroristes contre des villes européennes », ajoutent les experts.

« Les forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC/groupe rebelle marxiste) était derrière l’accord conclu avec l’AQMI », indique Olivier Guitta, un consultant en matière de lutte antiterroriste et d’affaires étrangères.

Dans le passé, la drogue était acheminée directement d’Amérique latine vers l’Espagne ou le Portugal, mais le durcissement du contrôle dans ces pays a contraint le groupe marxiste colombien à changer sa façon d’opérer, relève le quotidien londonien.

« Face aux difficultés rencontrées au niveau de l’accès à l’Europe, FARC a vu des opportunités en utilisant le Sahel comme sa nouvelle route », indique Guitta, soulignant que « puisque l’AQMI dispose d’une emprise dans la région et a été impliquée dans de grandes opérations de contrebande, il était logique de lui offrir un deal ».

Les terroristes liés à l’AQMI ont pu récolter 130 millions de dollars grâce au soutien accordé aux réseaux de narcotrafiquants et aux opérations d’enlèvement lancées depuis 2007, indique le Telegraph, en se référant à un rapport qui cite une enquête menée par le gouvernement algérien.

Par ailleurs, le Telegraph souligne que les responsables des services sécuritaires en Europe et aux Etats-Unis craignent que le désert du Sahara ne se transforme en un espace pour les activités terroristes.

M. Guitta fait observer à ce propos que « les efforts consentis par l’Europe, les Etats-Unis et certains pays d’Afrique du nord comme le Maroc pour s’attaquer aux liens croissants entre le terrorisme et le trafic de drogue se heurtent aux attitudes de certains gouvernements ».

Commentaires