Des extrémistes tunisiens tentent d’incendier la télévision privée Nessma après la diffusion...

Des extrémistes tunisiens tentent d’incendier la télévision privée Nessma après la diffusion d’un film iranien

129
0
PARTAGER

Quelque 200 salafistes ont tenté d’attaquer dimanche le siège de la télévision privée Nessma à Tunis après la diffusion vendredi soir du film franco-iranien « Persepolis » et d’un débat sur l’intégrisme religieux, a-t-on appris auprès de la chaîne et du ministère de l’Intérieur. Un incident qui intervient au lendemain d’une manifestation d’islamistes à la faculté de Sousse pour soutenir une étudiante interdite d’inscription pour port du niqab.

« Il y a eu une première tentative d’attaque de notre siège par un groupe de 200 salafistes, qui ont été dispersés par la police avant d’atteindre les locaux », a raconté à  le président de Nessma Nebil Karoui qui avait redouté dans un premier temps que les assaillants ne tentent d’incendier le siège de sa chaîne. Sa chaîne avait reçu des menaces de mort après la diffusion vendredi soir du film d’animation de Marjane Satrapi « Persepolis », qui décrit le régime iranien de Khomeiny à travers les yeux d’une petite fille.  « Les forces de l’ordre sont intervenues et ont dispersé les assaillants », a indiqué pour sa part le porte-parole de l’Intérieur Hichem Meddeb, faisant état d’une centaine d’interpellations. Il a précisé par la suite que « moins de 10 personnes ont été déférées devant le procureur ». « Au vu des déclarations et menaces postées ces derniers jours sur les pages Facebook, ces gens avaient l’intention d’attaquer la chaîne », a-t-il dit, ajoutant que « les forces de l’ordre tunisiennes étaient déterminées à empêcher toute tentative de trouble à l’ordre public ».

Le parti islamiste condamne l’acte

La diffusion de Persepolis en arabe dialectal tunisien était une première en Tunisie. « Ce film sera en principe rediffusé mardi soir. D’un point de vue éthique et moral, on ne peut rien lui reprocher », a déclaré à une cadre de la chaîne sous couvert d’anonymat.

Quoiqu’il en soit, l’incident intervient au lendemain de l’invasion par des hommes armés de la faculté de lettres de Sousse (sud), après le refus d’inscription d’une étudiante en niqab. Il se produit également à moins de 15 jours des premières élections en Tunisie depuis la chute de Ben Ali le 14 janvier. Les Tunisiens sont appelés à élire le 23 octobre une assemblée constituante, un scrutin où les islamistes d’Ennahda sont considérés comme les grands favoris. Un responsable d’Ennahda, a condamné l’incident mais estimé qu’il s’agissait d’un « acte isolé ».

En juillet dernier, les salafistes, dont le parti Tahrir n’a pas été légalisé, avaient attaqué un cinéma à Tunis qui diffusait un film de la réalisatrice tunisienne Nadia El Fani sur la laïcité.

TF1 news_____________________

 

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires