PARTAGER
Grosse déception pour les femmes parlementaires élues au parlement sur les listes nationales car le ministère de l’intérieur a estimé qu’elle ne pouvaient plus aspirer à un second mandat accordé par leurs partis et non les électeurs. Cette liste, comme celle des jeunes de moins de quarante ans disparait donc du paysage  parlementaire les jetant dans le désarroi.
Un désarroi d’autant plus compréhensible que bon nombre d’entre elles misaient beaucoup sur le maintien de leur statut de députée et qu’elle avaient placé leur espoir de le rester dans leurs formations politiques respectives à défendre leur cas face au ministère de l’intérieur qui a profité de cette passivité pour ne pas amender la loi organique en leur faveur. Ces soixante femmes dans cette situation n’ont plus qu’une possibilité pour conserver le titre de parlementaire de la première chambre, celle de se voir figurer en tête de listes locales pour faire un passage en force et regagner leur siège avec les mêmes honneurs. Une rude bataille se dessine donc à l’horizon au sein des partis pour la simple raison qu’elles seront plus nombreuses cette année à vouloirs bénéficier de ce privilège accordée en fonction du bon vouloir des dirigeants des partis.
Par Jalil Nouri

Commentaires