Des frappes diplomatiques… où la croisade Tripolitaine

Des frappes diplomatiques… où la croisade Tripolitaine

197
0
PARTAGER

En effet, les desseins avoués ou supposés de cette croisade semblent peu crédibles car on ne peut pas prétendre venir en aide aux insurgés libyens alors qu’au début de la révolution tunisienne, la France adressait des cargaisons de matériel anti-émeute pour aider Ben Ali à mater les manifestants !
Les occidentaux ont de vieux comptes à régler avec Kadhafi  et prétendre aujourd’hui intervenir pour les beaux yeux des Libyens n’est qu’une manœuvre de marketing politique à usage interne.

 

Des dizaines de milliers d’Algériens ont été égorgés par l’armée dans des crimes attribués à tort aux islamistes sans que cela ne suscite aucune réaction comme si, pour les occidentaux, tous les crimes sont permis lorsqu’il s’agit d’égorger des islamistes sous le fallacieux argument de lutter contre le terrorisme !
C’est ainsi que les pays qui prétendent soutenir les opposants à Kadhafi sont complices de tous les crimes commis par les dictatures du monde arabe. Cela fait plus de trois décennies que Tripoli est dans la ligne de mire de Washington qui n’hésitait pas à traiter le régime de Kadhafi d’Etat voyou faisant partie de fameux « axe du mal ».

Il y a eu tout d’abord le précédent de l’attentat de Lockerbie sans que jamais des preuves concrètes contre Al Megrahi n’aient été établies, suivi d’un bombardement aérien et d’un embargo inhumain.
Puis, des accusations jamais prouvées portant sur l’implication des services libyens dans le financement du terrorisme par trafic interposés.

La Jamahiriya libyenne a peut-être toutes les tares d’une république bananière, mais depuis le temps que Washington et ses alliés complotent contre Tripoli il y a pas mal d’interrogations qui se posent.

Depuis quand les Occidentaux sont-ils soucieux des Droits de l’Homme et de la démocratie en Tunisie, en Egypte ou en Libye ?

Ont-ils attendu janvier 2011 pour s’apercevoir que Ben Ali et Moubarak leurs alliés et complices  sont des dictateurs !?

La théorie du complot est omniprésente et il se peut que l’invasion de Libye soit inscrite sur l’agenda machiavélique d’un scénario à l’Irakienne  où les révoltes populaires auraient été télécommandées de l’étranger  dans un but bien précis sinon comment expliquer que Washington et Paris aient lâché Ben Ali et Moubarak  alors  que cela fait plus de vingt ans qu’ils jouissent du soutien de l’occident ?
Il est évident qu’un choix a été fait entre la pérennité des intérêts Occidentaux  et la survie politique des régimes Tunisien et Egyptien.  Apparemment ce choix a été très vite fait.

La préservation de la sécurité énergétique des Etats membres fait partie des missions de l’OTAN, aussi la sécurisation des sources d’approvisionnement est-elle inscrite sur l’agenda de l’Etat major atlantique.

Avec 1 million et demi de barils de brut par jour, en plus du gaz, la Libye est un fournisseur incontournable et donc vital pour les Occidentaux. Ces derniers ne peuvent pas se permettre le luxe de perdre la carte libyenne. L’attitude de Washington, de Londres, de Paris, de Rome et du Conseil de Sécurité, de l’ONU ne laissent aucune place au doute.

Pendant ce temps, les crimes impunis d’Israël continuent de sévir en Cisjordanie et à Gaza, et là il n’y a pas grand espoir que les choses changent car cela ne dérange pas les intérêts occidentaux…

Le comble, c’est que Ban Ki Moon a réclamé une enquête transparente concernant une éventuelle répression violente d’une manifestation à Damas, il y a quelques jours…

Des enquêtes transparentes, l’ONU devrait en demander un peu plus souvent à  chaque fois que des crimes contre l’humanité sont commis et non pas seulement lorsque cela sert les intérêts des pays du Conseil de Sécurité surtout que l’ONU n’a pas jugé bon d’intervenir en, à Gaza, ou au Soudan !
Même l’intervention en Côte-d’Ivroire, sans trop de risques pour la France , ne semble avoir été décidée que pour faire taire les critiques.

La croisade « Tripolitaine » aura des retombées diplomatiques certaines car menée sans l’aval démocratique des parlements des pays coalisés, elle suscitera des critiques non seulement concernant l’alibi humanitaire, mais également en cas d’enlisement sans oublier le coût économique car les entreprises occidentales vont perdre leurs marchés en Lybie.

Hafid FASSI FIHRI pour Actu-maroc.com _________________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires