PARTAGER

La dernière prière du vendredi a basculé dans certaines mosquées à travers le royaume dans un discours franchement politique.

Plusieurs imams dont de nombreux salafistes et d’autres relevant du ministère des habous et des affaires islamiques n’ont pas craint de défier les autorités qui déploient tous leurs moyens pour garder les mosquées à l’abri des élections.

Un prédicateur qui lisait dans une mosquée de lla ville de Ghafsai le prêche officiel de ce ministère s’est brusquement dévié du texte qui lui avait été soumis et dont il devait donner la lecture intégrale, pour aborder les élections en appelant ouvertement les fidèles et sans retenue à voter en masse et à encourager leur entourage à le faire en faveur du PJD.

Le PJD, le parti islamiste à la tête du gouvernement sortant qui n’aurait pas donné de consignes en ce sens aux prédicateurs de la prière du vendredi puisque c’est interdit mais dont la responsabilité sera à déterminer tout de même par l’enquête diligentée par le ministère de l’intérieur et celui de la justice et des libertés.

Dans lesautres cas, ce sont des salafistes libérés de prison qui se sont transformés en, ambassadeurs du parti de Abdelilah Benkirane en estimant qu’il constitue un moindre mal et que les voix des fidèles devaient aller pour lui.

Dans plusieurs cas, les fidèles se sont mis à quitter les mosquées au moment où le prêche du vendredi a tourné à la propagande électorale.

Commentaires