PARTAGER

Grande première dans les annales de la justice marocaine: une plainte vient d’être déposée devant les tribunaux par des ressortissants marocains de confession juive contre le parti du premier ministre, Abdelilah Benkirane, la formation islamiste du PJD , dans le cadre d’une étrange affaire d’annulation d’un événement culturel auquel ces derniers étaient invités à participer à Agadir.

Selon eux, ils avaient fini par être considérés comme indésirables et victimes de ségrégation suite aux pressions des élus islamistes de la ville affiliés au PJD qui avaient menacé de retirer les subventions à l’événement si les citoyens juifs ne s’en retiraient pas. Chose qui a finalement eu lieu puisque ce festival culturel africain d’Agadir a été purement et simplement annulé.

Chose extrêmement grave, il s’agit du premier affrontement direct entre citoyens marocains de confession juive et les islamistes qui dirigent le gouvernement, donnant à cette affaire une dimension inattendue. Ceci d’autant plus qu’un autre incident a fait sortir la communauté juive marocaine de sa traditionnelle réserve quand le journal du parti du PJD avait récemment traité les victimes d’un récent attentat à Tel Aviv d’être tous des sionistes.

Sur un autre plan, une radio privée marocaine vient d’être sanctionnée pour avoir utilisé le même terme dans l’une de ses émissions. Faut-il craindre pour autant à une montée de la tension entre la communauté juive et le reste de la société marocaine, avec, à leur tête, les islamistes ?

Par Jalil Nouri

Commentaires