PARTAGER
Ils sont plusieurs dizaines de milliers à se manifester et à manifester sur les réseaux sociaux pour l’abrogation du principe de l’horaire d’été adopté dans l’ensemble du pays depuis le 27 mars dernier, comme chaque année, en vertu d’une décision gouvernementale qui a fait avancer l’heure légale d’une heure.
Cette mesure qui est dictée par divers considérations pratiques pour certaines activités dépendant de l’étranger mais surtout pour des questions d’économies d’énergie, ne fait plus l’unanimité à travers le pays et de plus en plus de voix se sont élevées cette année pour en lister les désagréments.
Pour le côté anecdotique, un militant islamiste a fait la une des journaux et a été le premier à lancer les hostilités en affirmant que le changement d’horaire n’était pas propice aux rapports sexuels au sein des couples par son rapprochement avec les horaires des prières. Mais plus sérieusement, la communauté des internautes hostiles à ces changements d’horaires à quatre reprises en raison du mois de ramadan qui intervient durant cette période de l’été, complique les habitudes des citoyens et crée un dérèglement auquel bonne partie d’entre eux ont du mal à s’habituer.
Ce débat n’est pas prêt de s’achever puisque la question a été soumise à des parlementaires afin qu’ils y accordent leur intérêt lors des séances orales de la deuxième chambre.  Leur voix ne risque pas d’y être entendue, le changement d’horaire étant institutionnalisé.

Commentaires