PARTAGER
Un seul membres du gouvernement, un cas rare pour être souligné, a déjà prévenu que rester pour un deuxième mandat était une chose qui ne l’intéresse nullement et qu’il ne songe guère à se présenter aux prochaines élections législatives.
Pourtant Houssein El Ouardi, reste un des mieux notés par Benkirane et son parti pour son action à la tête de la santé et les grands chantiers qu’il y a ouvert et qu’il conserve toutes ses chances d’être reconduit dans ses fonctions si la même coalition gouvernementale revient aux affaires en 2017. Malheureusement, il est le seul à être dans ce cas, car tous ses collègues sont à la manœuvre pour se maintenir coute que coute dans la prochaine équipe, utilisant en cela tous les moyens pour arriver à leur fin, persuadés que c’est le parti islamiste du PJD dirigé par Abdelilah Benkirane, qui dirigera le prochain gouvernement, un pronostic qui ne fait pas l’unanimité y compris au sein de cette formation dont certains dirigeants prévoient une lutte serrée.
Les ministres optimistes dans les starting-blocks, comme le chef du PPS, Nabil Benabdellah qui estime qu’il est inutile que la donne politique change, se fait ouvertement l’avocat pour un deuxième mandat pour Benkirane et ne cesse de déclarer sa flamme à ce dernier en clamant qu’il doit rester à son poste pour poursuivre ses chantiers .
Comprenne qui pourra, le message est clair car certains ne se voient as faire autre chose que le travail de ministre.
Par Jalil Nouri

Commentaires