Des passagers fustigent la Comanav

Des passagers fustigent la Comanav

394
0
PARTAGER

 

Avec, de nouveau, douze heures de retard à l’arrivée par rapport à l’horaire habituel, conséquence de l’incident du dimanche 26 juillet. Et avec, une fois encore, des centaines de passagers excédés.
Dont beaucoup, avant de reprendre leur voiture, sont restés à bord pendant plus d’une heure pour manifester leur colère.

«La nourriture était exécrable, des ascenseurs ne fonctionnaient pas, il y avait des cafards dans notre cabine, la douche fonctionnait mal, et en plus les enfants étaient malades», énumère Anouar dont les propos ont été rapportés par “Midi Libre”. «Et dire que pour deux autos, trois adultes et deux enfants, ce voyage m’a coûté 2 900 € ! C’est scandaleux !»
Dans le collimateur: la Comanav, la compagnie maritime qui assure la liaison Sète-Nador via le Bni Nsar, lequel a succédé au Mistral Express, et qui est lui-même l’ancien Marrakech Express. «On espérait qu’en remplaçant le Mistral Express, qui était très vétuste, la Comanav ferait un effort en affrétant un bateau fiable et confortable, souligne Karim, de Montpellier, qui a payé 1 000 € un aller-retour Sète-Nador avec sa voiture et sans cabine. Tant que sa situation de monopole durera…»

Une pétition a circulé mercredi 26 juillet sur le bateau, afin de réclamer à la Comanav «des conditions décentes de transport». Le Bni Nsar devait repartir à 20 h au lieu de 19 h vers le Maroc où les mésaventures de ses passagers ont également été médiatisées…

Commentaires