Des policiers algériens sous contrôle judiciaire apres la mort d’un homme

Des policiers algériens sous contrôle judiciaire apres la mort d’un homme

207
0
PARTAGER

«Deux commissaires, un officier et un inspecteur de police ont été placés sous mandat de dépôt alors que trois agents de l’ordre public ont été placés  sous contrôle judiciaire», a dit M. Hamel à la radio publique francophone chaine 3.

Kamel Toufouti, 41 ans, est mort après s’être pendu dans un commissariat de Constantine où il avait placé en garde à vue après après avoir été interpellé en état d’ébriété, selon la presse locale.

«Des fautes très graves ont été constatées par la commission dépêchée à partir de la centrale pour enquêter sur la mort de cette personne. Il y a eu des sanctions qui ont été prises et un procès-verbal a été établi et transmis  à la justice», a ajouté le directeur général de la sûreté nationale.

Pour M. Hamel, il s’agit d’une «négligence grave» et une «inobservation»  des dispositions du code de procédures pénales.

«Lorsqu’on place une personne en garde à vue, on doit lui retirer tout ce qui peut éventuellement porter atteinte à son intégrité physique. C’est une personne placée en garde à vue à qui on a laissé les lacets avec lesquels il s’est suicidé», a ajouté M. Hamel.

La version du suicide est contestée par la famille qui réclame une enquête indépendante, selon la presse algérienne.

Le général Hamel commandait depuis 2008 la garde républicaine, une unité d’élite de la gendarmerie nationale avant d’être désigné à la tête de la police algérienne en juillet.

Son prédécesseur Ali Tounsi a été assassiné le 25 février dans son bureau d’Alger par un collaborateur, le colonel Choueib Oultache, selon des sources officielles.

Commentaires