PARTAGER
C’est une décision unique et courageuse que vient de prendre le directeur du Centre Cinématographique Marocain pour récupérer l’argent des contribuables accordé à des projets de films qui n’ont jamais vu le jour pour causer des pertes de plusieurs milliards et de crédibilité du système d’aide à la production cinématographique dont les résultats restent mitigés.
Depuis son arrivée à la tête du CCM, Sarim Fassi Fihri a décidé, après plusieurs mises en demeure sommant les auteurs de projets de finaliser leurs œuvres au plus tôt, d’intenter des poursuites judiciaires pour récupérer les sommes dues aux récalcitrants qui n’auront pas respecter leurs engagements.
Parmi eux, le cas d’un célèbre réalisateur qui a bénéficié de cette aide à la production  connue sous la rubrique d’avance sur recettes, depuis treize ans et qui n’a toujours plus donné signe de vie depuis cette date. Ces aides se chiffrent en moyenne à plusieurs millions de dirhams qui auraient servi pour certains, qui à acheter un logement, qui à acheter une luxueuse voiture, qui à payer des dettes contractées pour des projets d’autres projets antérieurs étrangers au domaine du cinéma. La plupart des personnes visées par ces poursuites se sont déclarés ne pas être en mesure de rembourser le CCM, auquel cas ils seront condamnés à des peines de prison et la saisie de leurs biens.

Commentaires