PARTAGER

Suite à la condamnation de la femme d’affaires Hind El Achchabi à 2 années de prison pour un adultère présumé et inventé de toutes pièces par son ex-mari un diplomate kowétien, actu-maroc a voulu peser les conséquences économiques, sociales et caritatives de sa détention.
Avec quelques témoignages recueillis auprès de ses collaborateurs et d’associations caritatives, on peut comprendre le degré de ses compétences managériales et son apport généreux aux couches défavorisées qui se sont arrêtées avec ces démélés judiciaires:

COMMANDANT HALOUI SAMIR D.G. « DALIA AIR »: « Sans vouloir faire de jeux de mots, la compagnie aérienne « Dalia Air » dirigée avec succès par Mme El Achchabi est dans une situation telle que ses appareils autrefois très sollicités, n’ont plus d’ailes depuis qu’elle n’est plus aux commandes. Tous les avions sont cloués au sol depuis que les réservations ont cessé puisqu’elle même et grâce à ses nombreuses connaissances a contribué pour beaucoup à remplir les bons de commande avec des appareils tournant à plein régime. Avec la situation née de son affaire, les pilotes ont été mis au repos forcé après que l’activité se mette à tourner au ralenti. Nous regrettons beaucoup ce qui lui arrive et dommage que la justice n’ait pas pris en considération les conséquences sociales du verdict qu’elle a prononcé à son encontre. L’aviation privée marocaine se ressent beaucoup du gel des activités de « Dalia Air » qui se traduisent par le chômage des pilotes et des pertes financières très importantes. »

SAMIA EL MAHMI GERANTE « ROBERTO CAVALI »: « Il ne faut pas croire que Madame El Achchabi avec ses nombreuses responsabilités dans plusieurs secteurs, se contentait de diriger de loin celle du prêt à porter du luxe qui regroupe plusieurs enseignes prestigieuses internationales, car elle décidait de tout dans les moindres détails et surtout prenait le choix qui s’impose dans chaque collection. Même à l’étranger, elle tenait à rester en contact avec les équipes de vente pour ajuster les commandes et savoir si ses collaborateurs ne manquaient de rien. Ses relations très privilégiées avec de grands couturiers comme Roberto Cavalli, Canali et Corum pour les montres dont elle avait la franchise pour le Maroc lui ont permis d’installer ces marques au pays et les développer. Le mérite ne lui vient pas uniquement sur ce plan car sa présence était capitale dans tous les secteurs. Aujourd’hui, nous sommes comme des orphelins et avons perdu le goût du travail tant qu’elle restera loin de ses affaires. »

FATINE CHAABANE D.A. « GROUPE DALIA »: « Je me souviens que le jour où nous avons appris la triste nouvelle, nous avons eu l’impression au niveau de la direction générale du groupe que le ciel nous était tombé sur la tête. Assommés par la nouvelle de son arrestation et plus tard de sa condamnation à deux années de prison en appel, nous avons compris que le bateau, sans commandant à bord, allait passer par une forte tempête.
Et c’est effectivement ce qui est arrivé avec ce que l’on craignait le plus, que des chefs de familles soient contraints d’aller poursuivre leurs carrière ailleurs ou au chômage, car sans sa présence, les entités du groupe ne peuvent fonctionner normalement. Son génie dans le domaine des affaires et son intuition sont la clé de la compréhension de la réussite de ses business qui font d’elle une femme d’affaires à part, tout à fait exceptionnelle. Je suis persuadé que de nombreux cadres qui ont quitté le groupe malgré eux, reviendront dès qu’ils sauront qu’elle est revenue à son bureau pour reprendre la gestion de ses affaires, en laissant loin derrière elle, les mauvais souvenirs. Une femme d’une telle stature doit prendre sa revanche sur le mauvais sort et la peine injuste à laquelle elle a été condamnée. Nous attendrons son retour avec le grand espoir que tout reprendra comme avant avec tous les challenges qu’elle est capable de relever. Mme El Achchabi et une battante et une gagneuse et rien ne la mettra à terre ni la fera plier. »

UN PRESIDENT ASSOCIATIF: « Difficile d’imaginer que nous pouvons continuer à mener nos actions caritatives en l’absence de Mme El Achchabi, qui nous a tellement soutenu avec abnégation dans nos différentes initiatives dont la plus marquante pour nous restera celle des opérations du cœur au profit des enfants défavorisés qu’elle a tenu à prendre en charge intégralement au profit d’un nombre important de bénéficiaires qui auraient pu mourir de faiblesse et de complications cardiaques si elle n’avait pas été là. Nous continuons à recevoir des appels de partout pour savoir si cette opération extraordinaire allait être renouvelée.je suis persuadé que si nous le demandions à Mme El Achchabi, cette personnalité au grand coeur, elle ne refuserait pas un seul instant de venir au secours de ses enfants malades dont la survie dépend de la générosité des bienfaiteurs. Nous prions pour sa libération prochaine. »

ASSOCIATION « AL HODN« : « Nous souffrons terriblement de l’absence de Madame Hind El Achchabi qui prend en charge 100 orphelins et permet également à 20 étudiants de poursuivre leurs études grâce à une bourse que leur accorde généreusement cette dame au grand coeur. Aujourd’hui, ils s’en trouvent malheureusement privés. Depuis son arrestation, tous ces bénéficiaires prient quotidiennement pour sa libération. »

L’unanimité est partout présente pour se désoler de cette situation et pour appeler à sa libération immédiate.

Faut il continuer de voir cette femme dépérir derrière les barreaux alors que notre étonnement s’amplifie au fur et à mesure des témoignages qui pleuvent au profit de cette maman poule de trois enfants en bas âge en passant par la femme d’affaires d’un rare talent à la femme de grand coeur et d’une bienfaiteuse hors pairs, une grande »mohcina », nous en sommes bouche bée, le cas de Hind nous dépasse, son procès s’avère finalement une erreur judiciaire de plusieurs mains inconscientes et mal inspirées. Stupéfaction caractérisée!

Commentaires