Maison A la une DÉSACCORDS ENTRE LES SERVICES DE RENSEIGNEMENTS DU MAROC ET DE FRANCE

DÉSACCORDS ENTRE LES SERVICES DE RENSEIGNEMENTS DU MAROC ET DE FRANCE

1343
0
PARTAGER
Rien ne va plus entre les services de sécurité marocains et français dont la coopération exemplaire avait été maintes fois donnée en exemple par le passé. La faute en incombe à la partie française si l’on en croit les propos tenus au cours d’une interview, par Abdelhak Khayame, le patron du BCIJ, le Bureau Central d’Investigation Judiciaire, dans lesquels il a montré en avoir gros sur le cœur. Tout est parti du dernier attentat terroriste commis sur le sol français, par le franco-marocain, Redouane Lakdim, signalé comme individu en voie de radicalisation par les services français, avant qu’il ne passe à l’acte il y a quelques jours. Ces renseignements précieux sur cet individu qui venait visiter sa famille au Maroc, n’ont pas été transmis, par omission certainement, aux services marocains concernés, qui ont mal accepté cet oubli après l’attentat que la presse a présenté comme un marocain, alors qu’il ne l’est pas, puisque né avant tout en France.
S’il avait été signalé au Maroc, son attentat dans le sud de la France dans la ville de Trèbes près de celle de Carcassone aurait pu être évité,insinue Khyame, qui ajoute que ses déplacements et contacts au Maroc lors de ses déplacements auraient pu être suivis de près. Mais tel ne fut pas le cas et le patron du BCIJ, le regrette amèrement.
La collaboration entre les services des deux pays avaient permis de déjouer plusieurs projets en suivant leurs auteurs avant qu’ils ne passent à l’acte, y compris sur le sol français. Pourquoi l’avoir ignoré?
Par Jalil Nouri
Actu-maroc.com

Commentaires