Dette américaine: Moody’s menace d’abaisser sa note, mise en garde de la...

Dette américaine: Moody’s menace d’abaisser sa note, mise en garde de la Fed contre une « crise majeure »

185
0
PARTAGER

Alors que le président Barack Obama a retrouvé en fin d’après-midi les dirigeants du Congrès pour la quatrième journée consécutive de négociations, les positions des démocrates et des républicains paraissaient toujours aussi difficiles à réconcilier, à l’approche de la date butoir du 2 août.

 

Les républicains majoritaires à la Chambre des représentants refusent de relever le plafond de la dette fédérale sans coupes drastiques dans les dépenses afin de s’attaquer à un déficit sans précédent. M. Obama souhaite accompagner ces mesures d’une hausse de la fiscalité pour les plus riches, un chiffon rouge pour ses adversaires.

Les réunions quotidiennes organisées depuis dimanche à la Maison Blanche n’ont jusqu’ici abouti à aucun résultat concret. Celle de mercredi a donné lieu à des compte-rendus contradictoires de chaque camp.

Selon un conseiller républicain s’exprimant sous couvert de l’anonymat, M. Obama « s’est échauffé » et a insisté pour qu’un accord global soit trouvé, après que le chef de la majorité républicaine à la Chambre, Eric Cantor eut proposé de relever le plafond de la dette en plusieurs fois.

Un conseiller démocrate, tout en reconnaissant que M. Obama, impatient face à l’approche du 2 août, avait dit « c’est assez », a démenti que le président ait abruptement quitté la pièce.

De même source, M. Obama a prévenu ses adversaires républicains qu’il opposerait son veto à un accord qui ne permettrait de relever le plafond de la dette qu’à court terme. Les négociations doivent reprendre jeudi à 16H15 (20H15 GMT).

Plus tôt mercredi, le président de la banque centrale américaine (Fed), Ben Bernanke, a averti qu’un défaut de paiement créerait des « problèmes énormes » pour le pays et une « crise majeure » à l’échelle mondiale.
« Il faut à la fois un relèvement du plafond de la dette qui nous permettrait d’éviter un défaut » de paiement, mais « aussi que nous prenions des mesures sérieuses pour changer la trajectoire intenable de notre situation budgétaire » à long terme, a dit M. Bernanke devant la Commission des services financiers de la Chambre. « Je pense que ces deux objectifs peuvent être atteints ».

Et pour encore rappeler l’urgence d’une solution, Moody’s, l’une des grandes agences d’évaluation financière, a annoncé mercredi qu’elle envisageait d’abaisser la note de dette des Etats-Unis, actuellement la meilleure possible avec « Aaa », « étant donné la donné la probabilité croissante que la limite légale à la dette ne sera pas relevée dans les temps ».

Ce nouveau coup de semonce a été abondamment évoqué lors de la réunion de mercredi, selon un responsable démocrate.
« La façon dont Moody’s évalue les choses est un rappel opportun de la nécessité pour le Congrès d’agir rapidement pour éviter de faire défaut sur les obligations du pays », a réagi un secrétaire adjoint au Trésor américain, Jeffrey Goldstein.

De son côté, le bureau du président républicain de la Chambre, John Boehner, a estimé que l’annonce de Moody’s illustrait la nécessité pour « la Maison Blanche d’agir rapidement pour régler la crise de la dette de notre pays, (sinon) les marchés pourraient le faire pour nous ».

L’Etat fédéral a atteint à la mi-mai le plafond de la dette que lui autorise la loi, à savoir 14.294 milliards de dollars. Depuis, le Trésor a eu recours à des mesures techniques pour rester sous cette barre, dont il estime qu’elles seront épuisées le 2 août.

AFP_______________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires