PARTAGER

Deux membres du gouvernement, le ministre de l’intérieur Mohammed
Hassad et de la justice, Mustapha Ramid, qui bénéficient déjà tous les deux
d’une sécurité rapprochée, vont devoir la renforcer après un rapport
alarmant récemment publié.

Il s’agit de celui de l’Ecole de Guerre de Paris, qui informe que des
menaces sérieuses d’assassinat pèsent sur ces deux personnalités
émanant d’un groupuscule terroriste basé en Libye qui a prêté
allégeance à la nébuleuse « ‘Etat Islamique ».

Les candidats à des actions violentes sur le sol marocain seraient
actuellement en phase intensive de préparation d’actes qui pourraient
coïncider avec la tenue d’élections régionales et communales au début
du mois de septembre prochain.

Toujours selon le document publié par cette institution, les
terroristes pourraient profiter de la relative porosité des frontières
entre le Maroc et l’Algérie pour acheminer leurs armes et commettre
ces crimes qui viseraient également des leaders de partis politiques
sans les identifier. Ce n’est pas la première fois que de telles
menaces sont relayées, mais la multiplication de saisies d’armes à feu
ces derniers temps en plusieurs endroits poussent les autorités à les
prendre très au sérieux cette fois-ci, tout en gardant un mutisme
total sur ses prises.

Commentaires