Deux nouvelles filières de formation à la FPT en adéquation avec les...

Deux nouvelles filières de formation à la FPT en adéquation avec les besoins du marché du travail

187
0
PARTAGER

– Par Kaddour Fattoumi -

Ces deux nouvelles filières de formation  » fondamentales « , créées sur des critères établis par une commission pédagogique de la faculté, ciblent des créneaux porteurs adaptés aux exigences du marché de l’emploi et connaissent une attractivité auprès des étudiants originaires des provinces de Taza et Guercif, a déclaré à la MAP Ahmed Talouizete, doyen de cet établissement universitaire.

Chaque nouvelle filière de formation accueillera, après une sélection, 50 étudiants qui devront poursuivre 3 ans d’études avec toutefois un tronc commun en première année, a ajouté M. Talouizet.

Ainsi, la faculté poly disciplinaire de Taza, ouverte en 2003 et relevant de l’Université Sidi Mohammed Benâbdellah de Fès, comptera désormais une douzaine de filières de formation reparties en trois champs de connaissance en l’occurrence les sciences juridiques et économiques, les sciences exactes et les lettres.

Le doyen a, par ailleurs, précisé que l’établissement comptait 6.917 étudiants durant l’année universitaire 2010-2011 dont 633 ont décroché leur licence, soulignant que les inscriptions de nouveaux bacheliers sont ouvertes du 5 au 17 septembre courant.

L’insuffisance de la capacité d’accueil de la faculté qui se chiffre actuellement à 3.720 places a engendré un encombrement d’étudiants notamment dans les branches des lettres et particulièrement en géographie, a-t-il relevé.

Les travaux d’extension de la faculté, actuellement achevés à 100 PC, ont concerné la construction de 3 amphithéâtres totalisant 700 places avec une salle des conférences de 250 places.

Bien que la capacité globale d’accueil soit portée à 4.420 places, elle demeure loin en dessous des besoins réels de l’établissement, a-t-il indiqué.

Toutefois, ces nouveaux amphithéâtres qui seront ouverts, après leur équipement, vers le début de l’année 2012 contribueront à l’amélioration de la capacité et des conditions d’accueil des étudiants dont le nombre augmente au fil des ans.

Et, M. Ahmed Talouizete de proposer la création à Taza d’autres établissements universitaires pour remédier à l’encombrement de la faculté, de diversifier la formation professionnelle dans la région et de faciliter l’insertion des lauréats dans le marché du travail.

Il suggère ,à ce propos, la création d’écoles nationales de commerce et de gestion, des sciences appliquées, d’une école supérieure de technologie, et d’autres établissements dans le but de former des ingénieurs et cadres dont la région a grand besoin.

Le doyen a, d’autre part, estimé que l’absence d’un master dans la faculté constitue un handicap aussi bien pour les étudiants que pour les professeurs désireux de poursuivre respectivement leurs études et recherches, soulignant la nécessité de la révision du Décret portant création des facultés polydisciplinaires pour permettre la création de masters dans ce genre d’établissements.

Il n’a pas manqué d’évoquer, par ailleurs, le problème de manque d’équipements nécessaires à la faculté de Taza, tels une cité et un restaurant universitaires, des terrains de sports et moyens de loisirs pour le soutien et l’épanouissement des étudiants.

Un projet de construction d’un restaurant et d’une cité universitaire à Taza, élaboré depuis des années, tarde à se concrétiser pour résoudre le problème d’hébergement qui se pose à un grand nombre d’étudiants et d’étudiantes originaires des contrées rurales et démunies des provinces de Taza et Guercif, rappelle-t-on.

Ce projet, qui doit être réalisé sur une superficie d’environ 5 ha sur un terrain vacant du Centre Pédagogique Régional d’Education Physique de Taza, nécessite un montant de plus de 50 Millions de dirhams (MDH). Un montant de 22 MDH a été déjà mobilisé grâce aux apports de l’Agence pour la Promotion et le Développement du Nord (APDN), du conseil régional de Taza- Al Hoceima-Taounate et du conseil provincial de Taza.

Le président de l’université Sidi Mohammed Benabdellah de Fès, Serghini Farissi avait déjà assuré à la MAP que le ministère de l’Enseignement supérieur et notamment l’Office National des oeuvres Universitaires Sociales et Culturelles (ONOUSC) n’abandonneront jamais ce projet de création d’équipements nécessaires à ladite faculté.

MAP_____________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

 

 

 

 

Commentaires