PARTAGER
Aziz Akhenouch, le leader du RNI et ministre de l’agriculture et de la pêche maritime est visé actuellement par un tir de barrage de la part de plusieurs chefs de partis, ce qui consolide la perspective et l’éventualité d’un large remaniement ministériel dont il pourrait être le grand bénéficiaire.
Quand ce n’est pas le numéro 1 du PAM, Ilyas El Omary qui veut lui faire endosser la responsabilité de la contestation sociale dans le Rif, c’est un Abdelilah Benkirane, le chef des islamistes et de l’ancien gouvernement qui ne digère pas son éviction du nouveau gouvernement qu’il attribue volontiers à une machination du concerné contre lui. Ce week-end et durant un meeting de son parti, il est revenu sur le jeu trouble d’Akhanouch.
Un peu plus tôt au cours de la semaine dernière, c’est le leader du PPS et ministre de l’habitat et de l’urbanisme, Nabil Benabdellah, qui s’est livré à une passe d’armes avec son collègue de l’agriculture qui l’aurait privé d’une partie du fonds de soutien au monde agricole depuis que le second en a pris la gestion. Autant de sorties qui ont tout d’être coordonnées et qui visent Akhenouch à quelques jours d’intervalle, sont loin d’être innocentes et convergent vers le même objectif . torpiller le joker politique du roi dont le nom revient avec insistance à chaque crise du rumeur de changement.

Commentaires