PARTAGER

Trois diplomates marocains refusent de quitter leur poste. Ils ont même fait intervenir les autorités de leur pays d’accueil pour intercéder auprès de l’Etat marocain afin qu’il les maintienne à leurs fonctions.

Sur les soixante-dix ambassadeurs rappelés par le ministère des Affaires étrangères, trois diplomates n’ont pas encore répondu à l’appel. Il s’agit des ambassadeurs du Maroc au Soudan, à Madagascar et au Portugal. Les trois diplomates ont insisté pour rester à leurs postes, rapporte le quotidien Akhbar Al Yaoum dans son édition du jeudi 29 septembre.

Selon le journal, les trois ambassadeurs sont même allés jusqu’à demander aux présidents et aux gouvernements de leur pays d’accueil d’intercéder auprès de l’Etat marocain.

C’est une réaction inédite, une «hérésie», de la part des membres du corps diplomatique marocain, affirme le journal. Cette pratique n’existe dans aucun pays au monde, sauf au Maroc qui a déjà connu un précédent en ce sens, celui de l’ancien ambassadeur du Maroc en Arabie Saoudite, Abdelkarim Essammar. Ce diplomate, qui avait passé plusieurs années à Riyad, rappelle le journal, a fini par être appelé à rentrer au pays, ce qu’il ne souhaitait pas. Il a donc incité sa femme, d’origine égyptienne, à solliciter l’aide de l’épouse du roi d’Arabie, le défunt Abdallah Ibn Abdelaziz, pour que son époux intervienne, à son tour, auprès des autorités marocaines afin de maintenir l’ambassadeur à son poste et, ce malgré les problèmes de santé dont il souffrait.

La démarche s’est avérée payante, l’ambassadeur ayant finalement été maintenu à Riyad, ce qui a contraint le ministère des Affaires étrangère à renoncer à la nomination de l’ancien ministre des Habous, Abdelkebir Alaoui Mdaghri, qui s’apprêtait à prendre ce poste. Semmar, quant à lui, est resté en poste jusqu’à sa mort. L’affaire a été largement commentée à l’époque. Et voilà que l’histoire se répète!

A rappeler que le roi avait nommé six nouveaux ambassadeurs, lors du Conseil des ministres qui s’est tenu le 23 juin 2016 à Casablanca. Cinq mois auparavant, le souverain avait nommé soixante-six autres ambassadeurs dont un grand nombre est issu du monde de la politique et du domaine associatif, notamment des Droits de l’Homme, lors d’un mémorable Conseil des ministres à Laâyoune. Par ailleurs, la procédure de leur accréditation, qui prend généralement du temps et dépend des pays hôtes, étant aujourd’hui achevée, les diplomates nouvellement nommés devraient prochainement rejoindre leurs postes.

Source : Le360

Commentaires