PARTAGER
Le Roi Mohammed VI a adressé un discours aux participants au Sommet du Forum de Coopération sino-africain, qui se tient les 4 et 5 décembre à Johannesburg en Afrique du sud.

Voici le texte intégral de ce discours dont lecture a été donnée par le chef du Gouvernement, M. Abdelilah Benkirane.

Louange à Dieu,

Prière et salut sur le Prophète, Sa Famille et Ses Compagnons.

Monsieur Jacob Zuma, Président de la République d’Afrique du Sud,

Monsieur Xi Jinping, Président de la République Populaire de Chine,

Mesdames et Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement,

Excellences, Mesdames et Messieurs,

Je tiens, tout d’abord, à Me féliciter de la tenue, pour la première fois en terre africaine, du Sommet du Forum de Coopération sino-africain (FOCAC) confirmant ainsi le principe de l’alternance géographique et l’appropriation commune, par tous les partenaires, des objectifs et mécanismes du processus.

Je voudrais également exprimer Ma haute considération au Président de la République Populaire de Chine, Monsieur Xi Jinping et à son Gouvernement, pour l’édification de ce pont de coopération entre la Chine et le continent africain et rendre un hommage appuyé à l’engagement panafricaniste des Hautes Autorités chinoises.

Je souhaite, en particulier, souligner le rôle important et la contribution soutenue de la République Populaire de Chine au développement de notre Continent ainsi que sa solidarité exemplaire avec les pays africains. Je salue également l’engagement de cette grande Nation millénaire en faveur d’un monde multipolaire apaisé et son action permanente au service des intérêts primordiaux des pays du Sud et de leurs ambitions légitimes.

Je voudrais, enfin, saisir cette occasion pour saluer, à nouveau, la mémoire de Monsieur Nelson Mandela, chantre de la liberté et de la dignité, qui entretenait des liens étroits avec le Royaume du Maroc où il a séjourné pendant deux ans entre 1960 et 1962. La visite qu’il a effectuée au Maroc en 1994, à l’invitation de Notre regretté Père, Sa Majesté le Roi Hassan II, que Dieu L’ait en Sa Sainte Miséricorde, fut pour Moi un moment privilégié et rare, tant son humanisme et sa grandeur d’âme n’avaient d’égal que sa bonté et sa simplicité.

Excellences, Mesdames et Messieurs,

Le développement des relations sino-africaines est un véritable choix stratégique auquel nous sommes pleinement attachés et engagés. Notre volonté de réaliser des actions concertées et opérer une coopération pragmatique est fondée sur les principes d’avantages réciproques et de développement commun.

Notre partenariat puise son efficacité dans son format, son approche participative et sa recherche permanente d’efficience. En effet, chaque pays a ses propres spécificités, d’où l’intérêt de ce Forum, mélange judicieux entre une plateforme de dialogue politique dans le cadre de la coopération Sud-Sud et un mécanisme de coopération bilatérale entre la Chine et l’Afrique, basé sur l’égalité de traitement et des avantages mutuels.

 

Dans le cadre de notre Forum, nous avons ainsi parcouru ensemble des étapes importantes d’approfondissement de notre coopération, obtenu des résultats tangibles et atteint plusieurs de nos objectifs, grâce notamment au climat de consensus, de sérénité et de compréhension mutuelle caractérisant nos différents travaux. On ne peut qu’être fier des résultats enregistrés.

En effet, le FOCAC possède à son actif quinze années de coopération fructueuse et de partenariat stratégique réussi. Il est suffisamment mature pour passer à une étape plus avancée et plus approfondie, en phase avec les changements et les défis notoires que connait le monde actuellement.

Ce 2ème Sommet nous offre, aujourd’hui, une telle opportunité. Je suis convaincu que notre présente rencontre nous permettra de conforter un modèle de partenariat unique et multidimensionnel qui associe les génies africain et chinois et exploite les atouts et potentialités dont jouissent nos différents pays.

Je voudrais, dans ce cadre, saluer l’initiative du Président Xi Jinping de lancer  »la ceinture économique de la nouvelle Route de la soie » et  »la Route de la soie maritime du 21ème siècle ».

Cette initiative de portée historique constitue une véritable vision stratégique dans les relations bilatérales et multilatérales, et vise à connecter plus étroitement les pays asiatiques, européens et africains.

A cet égard, le Royaume du Maroc, du fait de sa position géostratégique, pourrait jouer un rôle constructif dans le prolongement de la  »Route de la soie maritime », non seulement vers l’Europe Atlantique, mais également et surtout, vers les pays de l’Afrique de l’Ouest, avec lesquels Mon pays entretient des liens multidimensionnels.

Excellences, Mesdames et Messieurs,

Le Maroc prend soin d’accorder une importance particulière à la mise en place de projets de coopération concrets et structurants avec les pays africains frères, dans le cadre d’une politique de proximité mettant l’Homme au cœur de ses priorités.

Preuve en est le nombre croissant des partenariats de développement humain qui nous lient, en particulier dans les domaines de la santé, de l’habitat social, de l’accès à l’eau potable et à l’électricité ou encore celui de la sécurité alimentaire. Les projets de coopération concernent également les secteurs productifs, générateurs de croissance et d’emplois dans l’agriculture, l’industrie et l’infrastructure. Ils couvrent aussi les services, notamment la banque, les assurances et les télécommunications.

Au-delà de ces partenariats bilatéraux, le Maroc continuera à partager son expérience accumulée et son savoir-faire consolidé, afin d’asseoir une coopération triangulaire riche et diversifiée, fondée sur un véritable partenariat  »gagnant-gagnant » avec la Chine.

Excellences, Mesdames et Messieurs,

Nos projets et nos ambitions communes pour le développement économique et humain en Afrique demeurent tributaires de la sécurité, de la stabilité et du respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale des pays du Continent.

Notre sécurité, nul ne peut le nier, est aujourd’hui confrontée à la menace terroriste globale et aux risques qu’elle fait peser sur nos sociétés. Cette menace grandissante appelle de notre part une mobilisation commune, une collaboration mutuelle et une concertation étroite.

Mon pays, qui croit fermement au partenariat sino-africain est disposé à tout mettre en œuvre pour renforcer davantage ce processus et gagner le pari de bâtir, ensemble, une Afrique stable et prospère. Nous devons envisager notre avenir commun avec optimisme, car l’Afrique a foi en ses potentialités, ses ressources et ses compétences.

Wassalamou alaikoum warahmatoullahi wabarakatouh ».

Commentaires