PARTAGER
Bien qu’ils aient dans les statuts de leur formation, l’obligation de passer par une commission de sélection pour proposer à Abdelilah Benkirane, le chef de gouvernement désigné, les candidats à la fonction ministérielle sont à couteaux tirés pour faire valoir leurs prédispositions par tous les moyens, y compris les moins orthodoxes.
Les plus remarqués dans cette course au sein de la formation islamiste pour tout piétiner sur leur passage, restent les ministres qui ont déjà participé au premier gouvernement dirigé par leur formation, et dont le rendement n’a pas été à la mesure des attentes de leur patron.
En effet, Abdelilah Benkirane a affirmé à maintes reprises qu’il ne reconduirait pas dans leurs fonctions ceux qui ont fait parti de son premier gouvernement et que sa formation manquait cruellement de cadres de haut vol et qu’il était nécessaire d’aller les chercher ailleurs, entendez à l’extérieur du parti islamiste du PJD. La déclaration n’est pas tombée dans les oreilles de sourds et la bataille n’a pas tardé à être déclenchée par les anciens ministres visés qui ne décolèrent pas.
Pour l’instant, seul Benkirane reste le maître à bord en matière de nominations et bienheureux celui qui pourrait décrocher quelques confidences sur ses choix.

Commentaires