PARTAGER
Le divorce entre les deux formations du PJD et du RNI , alliées au sein du gouvernement, a été annoncée par Abdelilah Benkirane au cours d’un meeting le week-end dernier mais non encore officialisé par les deux partis en conflit ouvert.
Devant les militants de sa formation réunis en conclave, le leader islamiste a annoncé sans retenue aucune que son parti n’est plus tenu par aucun engagement avec son partenaire d’hier et qu’il ne constituera aucune alliance électorale avec lui, préférant le parti de l »Istiqlal passé lui aussi par la même lune de miel interrompue prématurément avec pertes et fracas.
Le patron du parti islamiste qui n’a plus rencontré le chef du RNI depuis la sortie fracassante de ce dernier qui a tiré à boulets rouges sur les islamistes et il est peu probable qu’une tentative de réconciliation vienne provoquer un retour à la normale, les deux formations ayant déjà fait leurs choix au niveau des futures alliances qui ouvrent pour le RNI, la voie avec le PAM à un bloc anti-islamiste qui ne cache pas son ambition de truster la majorité des sièges au parlement et mettre le PJD en infériorité.
Autant dire que les prochains mois seront intenables au sein du gouvernement avec un chef qui n’adressera pas la parole à l’un de ses principaux ministres, le chef de la diplomatie Salaheddine Mezouar, par qui la rupture est arrivée.

Commentaires