PARTAGER

Les relations entre le candidat à la présidentielle américaine et ke royaume sont mal parties et s’annoncent catastrophiques s’il est, à Dieu ne plaise, élu à la Maison-Blanche au mois de novembre prochain.

Faisant feu de tout bois au cours d’un meeting électoral et tirant à boulets rouges sur le royaume et ses ressortissants établis aux États-Unis, dont les étudiants, Donald Trump a montré toute son ignorance en accusant le Maroc d’être une « terre fertile du terrorisme » et son allergie aux marocains en se disant hostile à leur entrée sur le territoire américain en les soupçonnant de chercher à tuer les citoyens américains, y compris ceux ayant acquis la nationalité de son pays, car, tous, selon lui, sont des terroristes potentiels venant d’un état « terroriste ».

Bien qu’il ait cité le Maroc parmi d’autres pays à interdire d’entrée et de séjour, le milliardaire semble en avoir contre le Maroc du fait qu’il entretient des relations privilégiées avec sa rivale démocrate, Hillary Clinton, l’ancienne première dame et chef de la diplomatie. Ces propos ont été mal accueillis jusque dans son propre camp républicain qui n’en peut plus de ses bourdes et élucubrations bien avant son investiture, d’autant plus que son propre conseiller en sécurité citait le Maroc en exemple il y a quelques jours, dans la lutte anti-terroriste et en matière de coopération dans ce domaine avec le gouvernement américain.

Par Jalil Nouri

Commentaires