Doter le Maroc d’une économie compétitive est tributaire d’un système scolaire au...

Doter le Maroc d’une économie compétitive est tributaire d’un système scolaire au diapason des changements de la dernière décennie

250
0
PARTAGER

Intervenant, samedi à Rabat, lors d’une rencontre avec les jeunes étudiants s’articulant autour de l’axe central: « étudiants et RNI pour un avenir meilleur », M. Mezouar a considéré que la connexion des différents cycles de l’enseignement aux orientations économiques adoptées par le Maroc concrétisées par plusieurs stratégies sectorielles, est à même d’accélérer le rythme du développement et de créer le climat idoine pour la création de davantage d’opportunités de travail.

Le président du RNI, qui a jugé que le Maroc parie sur les capacités et les compétences humaines représentées notamment par les jeunes, a ensuite évoqué la participation des jeunes à l’action politique, estimant que l’adhésion des jeunes à l’action politique doit avoir comme préalable la conviction que la politique est une action noble ayant pour objectif de servir la société, ses différentes composantes. Il considère, à ce sujet, que  »l’amélioration de la situation des jeunes, la défense de leurs aspirations, de leurs espoirs sont tributaires de leur adhésion à l’action politique ».

Intervenant à son tour, M. Moncef Belkhayat, membre du bureau exécutif du RNI a estimé que l’adhésion du Maroc à plusieurs stratégies sectorielles fondées sur une vision à long terme, notamment le plan Maroc vert, le pacte national pour l’émergence industrielle, le Plan Halieutis 2020, le plan Rawaj, stratégie énergétique, ouvre de nouvelles perspectives aux jeunes marocains, ajoutant que l’activation des stratégies précitées requiert de hautes compétences.

A cet égard, M. Moncef Belkhayat a considéré que l’acquisition par les jeunes de ces compétences est tributaire de la réforme du système éducatif marocain.

De son côté, Mme Amina Benkhadra, ministre de l’énergie, des mines, de l’eau et de l’environnement a insisté sur le rôle important assumé par les jeunes marocains pour remporter l’enjeu du développement, notamment depuis le lancement du processus de développement moderne au Royaume qui a permis au Maroc d’occuper un rang distingué dans son environnement régional et continental.

La ministre a expliqué que le Maroc a choisi d’adopter une politique économique fondée sur des stratégies sectorielles intégrées ayant pour objectifs d’augmenter l’indice de développement à même d’améliorer la situation sociale des marocains, de consacrer le développement durable fondé sur la préservation des ressources naturelles, indiquant que la stratégie énergétique à laquelle le Maroc a consacré des moyens sans précédent représente la meilleure preuve de l’orientation précitée.

Lors de la rencontre, qui a été marquée par la présence de plusieurs cadres du parti aux niveaux central et régional, de jeunes représentant plusieurs universités, écoles supérieures, les débats ont porté, notamment sur « la conscience politique, diversité, entre droit et devoirs », « la jeunesse entre le système éducatif et l’intégration professionnelle », « les grands chantiers du Maroc, défis et perspectives »,  »la régionalisation, quel rôle pour l’élite de demain? ».

Commentaires