Driss Bouissef Rekab, invité du Café littéraire à El Jadida

Driss Bouissef Rekab, invité du Café littéraire à El Jadida

327
0
PARTAGER

Cette rencontre littéraire animée par Kenza Sefrioui, a été une occasion propice où Driss Bouissef Rekab a mis en exergue les contours d’une littérature tatouée d’une grande expérience carcérale de plus de 13 ans dans le fin fond des prisons marocaines et plus spécialement la fameuse prison de Kenitra. Il a conté sa propre expérience avec l’écriture à travers ses romans comme « A l’ombre de Lalla Chafia » (1989), écrit en prison, qui est un témoignage sensible et personnel sur l’enfance, l’adolescence et les études du jeune militant. Il interpelle des moments forts de la scène politique marocaine des années 60 du siècle dernier vu et analysé par les camarades gauchistes de la prison. Ainsi que son roman « La Tyrannie » (2002) qui est un choix de lettres de prison échangées avec sa famille, ses amis et avec les défenseurs des droits de l’Homme, à leurs tête Amnisty International.

Driss Bouissef Rekab a rappelé par la suite que l’écriture était pour lui un moyen de comprendre le mode de fonctionnement de l’institution pénitentiaire concluant que le système pénitentiaire est une image miniature du fonctionnement du système sociétal, après une étude doctorale sur le système pénitentiaire à l’époque franquiste.

A noter que Driss Bouissef Rekab a été un militant de l’organisation    « Ila Al Amame » qui un mouvement politique marocain d’inspiration Marxiste-léniniste né dans les années 70 d’une scission avec le PLS (Parti de la Libération et du Socialisme) ex-parti communiste marocain. Il était très implanté dans le milieu estudiantin, et notamment au sein de l’Union nationale des étudiants du Maroc. Parmi ses fondateurs on comptait, l’opposant au régime : Abraham Serfaty et le poète Abdellatif Laâbi ainsi que Raymond Benhaïm. Ce mouvement proclamait notamment le droit à l’autodétermination du peuple du Sahara occidental s’opposant en cela de manière frontale au dogme officiel.

Il a été très durement réprimé pendant les années de plomb de règne du défunt roi Hassan II. Il compte parmi ses martyrs Saida Menebhi, morte en prison des suites d’une grève de la faim en décembre 1977, Abdellatif Zeroual mort sous la torture en novembre 1974, ou encore Amine Tahani mort sous la torture le 6 novembre 1985. Ila Al Amam s’est muté en parti politique « La Voie démocratique ».

Commentaires