PARTAGER

Le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, s’est trouvé un nouveau souffre-douleur et un adversaire à abattre, il s’agit du président du Conseil National des Droits de l’Homme, Driss El Yazami a qui le premier promet les pires moments.

Driss El Yazami s’est attiré les foudres des conservateurs en général et en particulier des islamistes avec à leur tête ceux du PJD, le parti présidé par Benkirane après qu’il ait publié un rapport au nom du CNDH recommandant l’égalité de l’homme et la femme devant l’héritage, une disposition non prévue par le coran et que les progressistes souhaitent voir changer.

Sous la pression de son parti, le chef du gouvernement n’a pas caché sa colère et accusé El Yazami de vouloir semer la zizanie au sein de la société et l’a sèchement réprimandé en lui demandant de présenter des excuses à tous les marocains offusqués par sa proposition. El Yazami qui constitutionnellement n’a aucun compte à rendre au chef du gouvernement n’en a cure bien entendu du comportement de ce dernier à son égard et de ses menaces n’a pas tenu, fidèle à son habitude à répondre .
Sauf que El Yazami qui achève bientôt son mandat et qui a voulu soigner son image à l’international en créant un débat avec son rapport et sa proposition, pourrait inciter les islamistes à lui déclarer la guerre et à faire sortir les foules dans la rue dans des démonstrations de force, comme ils l’avaient fait pour la « Moudawana ».

Commentaires