PARTAGER
A vaincre sans péril, l’on triomphe sans gloire, dit le héros d’une tragédie cornélienne. Ce principe connu à travers les siècles, semble bien coller à la sulfureuse réputation du premier secrétaire de l’Union Socialiste des Forces Populaires, Driss Lachgar, qui rempile pour un nouveau mandat à la tête d’une formation en plein naufrage. Sûr de lui, l’homme ne connait plus de limites dans la gestion de son parti et n’a trouvé aucun rival potentiel capable de le gêner au cours d’un congrès ce week-end, dont les résultats sont connus d’avance alors qu’un épais brouillard enveloppe ses travaux.
Bousculant son opposition dans ses retranchements sans crainte d’être déstabilisée, violant allègrement les règlements intérieurs et sanctionnant à tour de bras toutes les voix discordantes, celui qui a échoué de s’imposer comme ministre dans le nouveau gouvernement, est parvenu à le faire à la tête de son parti, en gardant l’espoir de réintégrer l’exécutif au moindre remaniement à venir, car il a déjà pris rendez-vous avec l’histoire et ceux qui s’opposent à sa nomination à l’intérieur , comme à l’extérieur de son parti. plus grave encore, l’USFP a perdu tous ses jokers en cours de route, les rares membres encore susceptibles de stopper l’hémorragie et de remettre la formation socialiste sur les rails. Le miracle ne se produira pas.

Commentaires