Du cash pour les milliers de mercenaires de Kadhafi

Du cash pour les milliers de mercenaires de Kadhafi

194
0
PARTAGER

Mais où Kadhafi trouve-t-il les fonds nécessaires pour payer ses mercenaires africains ? La résolution 1973 du Conseil de sécurité déplore leur «usage systématique», et de nombreux témoignages sur le terrain le confirment : après la défaite de la «Brigade 32» de son fils Khamis, frappée par les avions de la coalition, le Guide libyen préfère garder à Tripoli le gros de ses unités spéciales et envoie au front de plus en plus de soldats de fortunes recrutés en Afrique.

Les mercenaires coûtent cher. Plusieurs centaines de dollars par jour et par homme, affirment des sources libyennes. Payées en cash. Malgré le gel de ses avoirs décrété par la communauté internationale, le colonel n’a apparemment aucun mal à trouver les sommes nécessaires. Il y a d’abord les réserves en billets. Elles sont énormes. Selon le New York Times, qui cite une source proche du gouvernement libyen, Kadhafi dispose de «dizaines de milliards de dollars» stockés en monnaies variées dans son complexe de Bab Azizia à Tripoli. Ce chiffre astronomique ne doit pas surprendre. Avant la crise, la Libye produisait entre 1,6 et 1,8 million de barils par jour. Kadhafi aurait commencé à réaliser une partie des ventes en liquide dès 2003, date de son retour à la légalité internationale et de la reprise de la production pétrolière à un rythme normal. Le Guide savait qu’un jour, les sanctions pourraient être réimposées.

Une partie importante des revenus pétroliers était directement ponctionnée par Kadhafi et sa famille, estime l’avocat français William Bourdon. Son association Sherpa, conjointement avec l’ONG Transparence international France, a déposé une plainte à Paris pour plusieurs motifs, dont le «blanchiment aggravé commis en bande organisée du produit de détournement de fonds publics et autres infractions pénales». La plainte vise les sommes détournés par Kadhafi, sa femme et ses fils. Mais il n’y a pas que le pétrole, il y a aussi le placement de l’argent du pétrole. « Kadhafi a été l’un des premiers dirigeants à comprendre comment profiter de la mondialisation financière », dit Me Bourdon. La Libye, à travers ses sociétés d’investissement à l’étranger et son fonds souverain, a beaucoup utilisé Londres pour les placements financiers et Rome pour les prises de participation dans des entreprises. Là encore, il ne sera pas facile de faire la distinction. Il y a l’argent public libyen, qui doit être gelé, et les sommes carrément volées par les Kadhafi, qui appellent des sanctions pénales. «Mais les deux se juxtaposent parfois », explique l’avocat.

Dans tous les cas, l’argent continue de circuler, souvent à cause de la mauvaise volonté des gouvernements. L’Italie traîne les pieds, accuse Me William Bourdon. De nombreux émissaires libyens seraient toujours en train de circuler à travers le monde, transportant des valises de liquide. La presse belge fait aussi état de transferts de comptes libyens en Belgique vers le Tchad et le Soudan.

En outre, l’estimation des ressources en liquide de Kadhafi doit tenir compte d’un trou noir : combien de millions de barils de pétrole ont été vendus sous le manteau ? L’ONU soupçonne le régime d’avoir falsifié les chiffres officiels de la production, en réalité plus élevé. Des millions de barils auraient été négociés en contrebande par Kadhafi et son entourage, entre autres pour se constituer un trésor de guerre.

Combats «à la tchadienne»

Ces moyens énormes permettent d’alimenter un flot important de merce­naires. Selon Ali Zeidane, l’un des membres du Conseil national de transition, l’instance politique de la rébellion, ces combattants seraient au moins au nombre de 25.000. Certains, ex-acteurs des nombreuses insurrections africaines soutenues par Kadhafi, ­Sierra-Léonais, Libériens, Touaregs Nigériens et Maliens, ont été incorporés dans l’armée libyenne bien avant le conflit. Mais d’autres sont arrivés après le déclenchement de la rébellion, principalement du Tchad voisin dont le président, Idriss Déby, aurait envoyé des éléments d’élite de la garde républicaine.

Selon un porte-parole mili­taire des rebelles libyens, Ahmad Beni, ces combattants aguerris auraient même pris en mains par endroits la direction des opérations loyalistes, ce qui expliquerait la nouvelle tactique «à la tchadienne» des forces de Kadhafi, menant des attaques rapides à bord de pick-up Toyota. « Si nous avons dû reculer mercredi, c’est que nous nous sommes trouvés en face de milliers d’éléments de la garde républicaine tchadienne», a déclaré le porte-parole.

 

actu-maroc.com_________________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires