PARTAGER

Rien ne va plus entre le royaume et l’ONU et deux faits éloquents viennent de le prouver et ce, au moment où est annoncée une visite dans la région le mois prochain, du secrétaire général Ban Ki Moon pour relancer les négociations sur le Sahara.

En guise d’avant-goût de l’objectif de sa tournée mal engagée, ce dernier a demandè au Maroc et aux séparatistes du Polisario, de se retrouver à la table des négociations, avec un nouvel esprit, disons plus constructif, ce qui apparemment a déplu au Maroc.

Comme signe de cette mauvaise humeur, il y a eu tout d’abord ce rassemblement de près de 40.000 personnes devant le siège de la force onusienne au Sahara (Minurso), en pleine visite royale, un fait sans précédent qui montre le degré de pourrissement de la situation suite au long blocage, d’autant plus que les manifestants n’ont cessé de scander des slogans hostiles à cette force pour au final, demander son départ du Sahara dans les plus brefs délais. Mais le coup de grâce pour l’ONU viendra de la diplomatie marocaine, par la voix de son chef, Salaheddine Mezouar qui , dans une déclaration n’y est pas allé de main morte pour déclarer sa sentence: l’envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU, Christopher Ross, n’est pas le bienvenu au Maroc tout en enfonçant le clou, en ne lui reconnaissant à demi-mots aucune crédibilité. Le Maroc a-t-il senti que le vent allait tourner encore une fois. Sa réponse est à la mesure de sa déception face à la tournure que prend ce dossier.

Par Jalil Nouri

Commentaires