Egypte: le fils de Moubarak en campagne?

Egypte: le fils de Moubarak en campagne?

418
0
PARTAGER

Le lancement au cours des derniers jours de cette campagne, qui se veut « populaire », anime les conversations et analyses politiques en ce début du mois de jeûne musulman du ramadan, à deux mois d’élections législatives et un an de la présidentielle. Sous le slogan « Gamal Moubarak, l’Egypte aspire à un nouveau départ », des jeunes portant des T-shirts avec les photos de Gamal Moubarak collectent des signatures en faveur de sa candidature. Un député du Parti National Démocrate (PND) au pouvoir, Abdallah Daker, parraine cette campagne qui a débuté dans le quartier populaire de Mencheyyet Nasser dans l’est du Caire.

Les affiches sont quant à elles placardées à l’initiative d’un militant jusqu’à présent inconnu, Magdi el-Kurdi, qui se présente comme le coordinateur d’un groupe pro-Gamal. Les rumeurs les plus diverses courent sur les commanditaires réels de cette initiative. Le PND, dont Gamal Moubarak est l’un des principaux dirigeants, a démenti en être l’instigateur. Les noms de puissants hommes d’affaires notoirement proches de Gamal Moubarak sont cités par la presse, sans confirmation formelle. L’hypothèse d’une campagne volontairement limitée, destinée à « tester » l’image du fils du président dans l’opinion, est aussi évoquée. Ni le président Hosni Moubarak (82 ans) ni son fils n’ont dévoilé jusqu’ici leurs intentions pour la présidentielle de l’an prochain.

Le président Moubarak a subi en mars une ablation de la vésicule biliaire et le retrait d’un polype duodénal, ce qui a relancé les interrogations sur sa santé. Gamal, très proche des milieux d’affaires, est souvent présenté comme son successeur, mais la possibilité que le pouvoir reste entre les mains d’une personnalité issue de l’armée est aussi fréquemment évoquée.

L’opposant Mohamed ElBaradei a également lancé une campagne de terrain qui peut pousser Gamal Moubarak à se rendre plus visible. L’ancien chef l’agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a toutefois peu de chances de parvenir au pouvoir en raison de règles constitutionnelles défavorables aux indépendants. Certains analystes estiment que cette campagne est parrainée par ceux qui souhaitent renforcer les chances de Gamal Moubarak du vivant de son père.

AFP

Commentaires