PARTAGER
Le chef de gouvernement, Saad Eddine El Othmani, aurait déjà sa petite idée sur les ministres qui rejoindront dans les prochains jours son équipe dans le cadre du remaniement, à l’exception de l’un ou l’une d’entre eux, celui ou celle appelé(e) à détenir le portefeuille des affaires africaines dont le gouvernement sera doté, pour la première fois depuis les années 60. Un poste très important pour accompagner la stratégie diplomatique mise en œuvre ces dernières années par le roi Mohammed VI et inspirer celle du développement de la coopération spécifique avec le continent africain.
Le dilemme pour El Othmani est de ne pas puiser dans les propositions des formations de la majorité pour ne pas toucher à l’équilibre actuel et recourir à un choix royal pour la désignation d’un ministre technocrate, la diplomatie étant bon an, mal an, la chasse-gardée du souverain qui veille scrupuleusement aux relations avec le continent. Sauf que au moins deux formations lorgnent ce ministère qui les mettraient au devant de la scène diplomatique et donnerait à leur candidat un accès direct au souverain engagé dans un agenda chargé dans les prochains mois à ce niveau précis.
Pour l’heure, la question n’a toujours pas été tranchée et il faudra attendre le retour du roi de son voyage-éclair en Afrique ce début de semaine justement, afin de connaître le nom du titulaire de ce poste tant convoité.
Par Jalil Nouri
Actu-maroc.com
Tags : Actualités, infos, scoop, faits divers, Maroc, Rabat, Casablanca, Tanger, Marrakech, Fés, Afrique, Roi, Mohamed VI, ministre, diplomatie, chef du gouvernement, Saad Eddine El Othmani

Commentaires