PARTAGER

Avec son premier grand entretien télévisé sur les chaînes publiques, le chef du gouvernement Saad Eddine El Othmani,a manqué de beaucoup de choses, surtout la force de conviction et l’art de convaincre. Largement dépassé par l’ampleur de la crise sociale que traverse cette région en ébullition, est venu apporter en médecin qu’il est, une thérapie de groupe que les contestataires ne sont pas prêts de suivre puisque ses propos ne trouveront pas d’échos auprès d’une population qui demande des réalisations concrètes ans l’immédiat alors que le chef du gouvernement et venu appeler à la patience en demandant du temps et de la compréhension. Un message qui n’a aucune chance de passer ni d’être retenu bien qu’El Othmani a eu la franchise de reconnaître que des erreurs avaient été commises par les pouvoirs publics comme le fait d’avoir parlé d’instrumentalisation séparatiste de ces manifestations qui durent depuis huit mois. L’intervention télévisée a du reste montré que la situation nécessitait une autre approche et un autre discours pour s’adresser à une population en colère contre l’administration centrale en laquelle elle ne croit plus et qu’elle accuse d’avoir sciemment marginalisé cette région et ses habitants au profit d’autres à travers le pays, en allusion au Sahara.

Commentaires