ELECTIONS ANTICIPEES: VERS UN CONSENSUS

ELECTIONS ANTICIPEES: VERS UN CONSENSUS

341
0
PARTAGER

Mais deux raisons empêchent pour l’instant l’annonce de la date de leur tenue: l’annonce des résultats officiels du référendum par la cour constitutionnelle et les réticences des islamistes du PJD.

Pour toutes les autres grandes formations, l’affaire est attendue et la date du vendredi 7 octobre semble avoir leur préférence après que tous les textes de loi afférents à cette consultation soient adoptés par le parlement en session extraordinaire cet été. Il faut savoir, en effet, que la nouvelle constitution stipule dans son article 62 que  » le nombre des représentants, le régime électoral, les principes du découpage électoral, les conditions d’éligibilité, le régime des incompatibilités, les règles de limitation de cumul des mandats et l’organisation du contentieux électoral sont fixés par une loi organique » qui devra avoir l’aval des députés.

Il faut également savoir qu’au cours d’une réunion tenue avec le conseiller royal Moatassime le 17 mai dernier, les partis, à l’exception du PJD et de l’USFP, avaient convenu de retenir la date du 7 octobre.

Depuis, ce dernier parti a revu  sa position arguant du fait que la nouvelle constitution exige de nouvelles institutions parce qu’il est impossible de faire du neuf avec du vieux et qu’il faut impérativement capitaliser sur la dynamique créée par le vote massif de la population en faveur de la nouvelle constitution. Il en est de même du côté du RNI, du MP, de l’ISTIQLAL et de l’UC, chacun y trouvant ses propres raisons tactiques internes, et préviennent que le PJD n’aura pas gain de cause cette fois-ci contrairement à ce qui s’était passé pour les amendements de la constitution sous sa pression. Le PJD devrait faire amende honorable dans les prochains jours lors de réunions prévues à cet effet afin de lancer dès maintenant la course contre la montre et au parlement pour adopter une batterie de lois organiques et dans les états-majors des partis pour la mobilisation de l’appareil électoral et des troupes. Le pays a tout a gagner en lançant le processus afin de continuer sur la lancée de l’esprit nouveau induit par la nouvelle constitution et de propulser à la gestion des affaires de nouveaux visages et une génération de compétences susceptibles de placer le Maroc sur le rail de la bonne gouvernance.  

 

Jalil Nouri pour actu-maroc.com __________________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires