ELECTIONS: LA FAMILLE D’ABORD

ELECTIONS: LA FAMILLE D’ABORD

782
0
PARTAGER

Chez certaines familles marocaines très présentes sur la scène
politique on ne s’embarrasse guère de complexes pour se présenter aux
élections sous les couleurs d’un même parti créant ainsi un système
d’héritage ou de rente. Pour illustrer cette tendance en 2015, les
exemples ne manquent pas pour retrouver deux à trois membres dans la
course.

Prenons le cas du chef des islamistes et premier ministre Abdelilah
Benkirane qui, m^me s’il ne se présente pas, a réussi à placer ses
enfants Soumaya et Oussama sur des listes de candidats du parti à
Rabat tout comme l’a fait son camarade, le ministre de l’enseignement
supérieur Lahcen Daoudi qui a placé son fils Achour pour un siège dans
la capitale également. Même constat pour le parti de l’Istiqlal dont
le chef et maire de Fez, Hamid Chabat, toujours candidat, compte sur
sa femme pour remporter une circonscription grâce à son réseau
associatif mais également son gendre .Ce parti compte des familles
très connues comme dans le Souss qui s’investissent dans ces élections
dont la plus emblématique est celle des Qayouh avec dans la course, le
père, le fils et ancien ministre ainsi que la sœur Zineb.

Au PAM, on est pas en reste avec le duo de frères Ilya et Fouad Omari,
le premier numéro 2 du parti qui se présente dans la région d’Al
Hoceima alors que le second vise sa reconduction à la tête de la
mairie de Tanger qu’il sempble aimer.

Enfin dernier exemple, l’USFP dont le numéro 1 n’est pas sur la ligne
de départ mais a mis en avant la candidature de son fils alors que
deux des enfants de son défunt adversaire Ahmed Zaidi seront présents,
la fille à Rabat et le fils dans la commune de Oued Cherrat le fief
familial.

Commentaires