Elections législatives en Iran sur fond de compétition entre les conservateurs

Elections législatives en Iran sur fond de compétition entre les conservateurs

320
0
PARTAGER

Les électeurs votaient dans un esprit bon enfant dans les bureaux de vote de Téhéran. Dans une école du centre de la capitale, une trentaine d’électeurs sont mélangés pour voter. En l’absence d’isoloirs, certains se consultent, alors que d’autres recopient des noms à partir de listes publiées dans la presse.

A Téhéran, chaque électeur peut écrire jusqu’à trente noms sur le bulletin de vote pour élire les trente députés de la capitale.

« Je vote pour mon pays », affirme Abbas, un homme d’une soixantaine d’années, venu voter en compagnie de sa femme et de son fils. Et il ajoute aussitôt qu’il faut régler les problèmes économiques, en particulier, l’insertion et le chômage.

A la grande mosquée de Narmak, quartier populaire de l’est de Téhéran, c’est la grande affluence. « C’est une gifle à la figure de l’occident arrogant, les sanctions n’ont aucun effet », affirme un enseignant de 19 ans, qui est venu voter pour la première fois. Mais il dit également que les députés doivent régler les problèmes économiques, en particulier l’emploi.

Depuis ce matin, la télévision iranienne montre des images de bureaux de vote en province, dans les grandes villes, mais aussi dans les petites villes de province, où les gens ont commencé à faire la queue pour voter.

Le Guide suprême a voté le premier et demandé aux gens d’aller voter en masse pour, comme il l’avait dit hier, « donner une gifle aux grandes puissances et pour montrer la détermination de la nation iranienne ».

L’objectif et le principal enjeu de cette élection pour le pouvoir, est une forte participation par rapport à il y a quatre ans, où 55 % des électeurs s’étaient déplacés pour aller voter. D’autant plus que cette élection intervient trois ans après la réélection controversée du président Ahmadinejad. Une rélection qui avait été contestée par l’opposition, avec des manifestations assez importantes et plusieurs milliers d’arrestations et des morts.

Du côté des listes électorales, les réformateurs sont largement absents, puisque les principaux partis ont été interdits. Néanmoins, des petits partis réformateurs ont présenté des listes, dans l’espoir de maintenir leur présence au Parlement où ils avaient une soixantaine de députés. Les conservateurs partent également largement divisés, puisqu’il y a énormément de listes conservatrices qui se distinguent, à Téhéran mais aussi en province.

Selon le ministre de l’Intérieur, les résultats définitifs seront disponibles 48 heures ou 72 heures après la fin du scrutin, qui devrait intervenir ce soir, vers dix-huit heures (heure locale) ou vingt heures (heure locale) pour certaines villes.

rfi________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires