ELECTIONS : LES JEUNES DEMANDENT LEUR PART

ELECTIONS : LES JEUNES DEMANDENT LEUR PART

148
0
PARTAGER

Or cette fois-ci, les jeunes ne veulent pas s’en laisser compter et veulent que les autorités maintiennent cette fameuse liste nationale. Il est vrai que ces dernières semblent être revenues, avec l’accord passif des partis, sur le principe de la liste nationale qui aurait dû accorder 90 sièges lors des prochaines élections législatives, soit près d’un tiers des sièges, aux femmes et aux jeunes sans en préciser les proportions. L’idée semble avoir été abandonnée ce qui explique la montée au créneau de ces jeunes qui y avaient sincèrement cru voyant en cela une nouvelle ère politique. Ils viennent, à cet effet, de se fondre dans le  » Mouvement des Jeunes marocains pour la Représentativité Politique Maintenant  »  crée à cet effet c’est à dire l’instauration d’un quota spécifique pour les jeunes au sein de la première chambre. Toujours dans le même ordre d’idée alors  que tous les partis n’y sont pas représentés, notamment le PJD, ce mouvement compte saisir le premier ministre et le ministre de l’intérieur pour maintenir la question de cette liste des jeunes à l’ordre du jour des négociations menées actuellement avec les formations politiques dans le cadre des préparatifs des prochaines consultations électorales. Pour cela, ils puisent principalement dans leur argumentaire, le fait que 75 % des marocains ont moins de 40 ans alors que 90 % des parlementaires ont plus de 40 ans. Et d’appuyer leur démonstration en fournissant l’extrait du dernier discours royal dans lequel le souverain s’était longuement attardé sur le nécessaire renouvellement des élites politiques. En outre, ils estiment que les seuls jeunes qui siègent actuellement au parlement sont soient des fils de notables ou des hommes d’affaires. Dès lors, ils sont convaincus de leur droit à forcer les portes du parlement pour y siéger alors que les partis dont ils sont membres semblent se rétracter par rapport à leurs promesses initiales et ne bougent plus le petit doigt pour en discuter sérieusement avec le ministère de tutelle. Pris par le temps, il semble que les jeunes « impatients » n’auront pas gain de cause cette fois-ci à l’heure où les dés semblent jetés et que seule restera applicable la liste nationale consacrée exclusivement aux femmes. Les partis politiques qui ont traîné les pieds devant l’empressement des jeunes semblent toujours garder les poings liés devant la prééminence des notables, omniprésents et puissants à la veille de chaque élection.

 

 

Jalil Nouri pour actu-maroc.com_____________________

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires