ELECTIONS : LES PETITS PARTIS TOTALEMENT ABSENTS

ELECTIONS : LES PETITS PARTIS TOTALEMENT ABSENTS

530
0
PARTAGER

S’il est une pièce qui manque pour compléter le puzzle du processus
électoral en cours, c’est bien celle des petits partis qui font preuve
de beaucoup de discrétion à leur corps défendant. Pour les élections
communales et régionales et le type de scrutin qui leur est propre,
les petites formations semblent condamner à n’y faire que de la
configuration alors que les législatives peuvent leur laisser
entrevoir la perspective de disposer de quelques sièges au parlement,
même très peu .

Le phénomène se justifie facilement du fait que ces petites formations
politiques sont doublement pénalisées: la difficulté à s’assurer d’une
couverture géographique conséquente vu qu’il ne dispose pas de
beaucoup de candidats parmi leurs effectifs et secundo en raison du
manque de moyens financiers qu’accorde habituellement l’état aux
grands « majors ».

Dès lors, ce sont ces sept à huit partis importants de la scène
politique nationale qui occupent le terrain ne laissant aucune
visibilité aux petites formations dont la chance de remporter une
circonscription, surtout dans les grandes villes demeure nulle alors
que les électeurs auraient bien besoin de l’apport des compétences
insoupçonnables que recèlent ces dernières.

Par Jalil Nouri

Commentaires