ELECTIONS : SANTE ET EMPLOI AU CENTRE DES PROGRAMMES ELECTORAUX

ELECTIONS : SANTE ET EMPLOI AU CENTRE DES PROGRAMMES ELECTORAUX

223
0
PARTAGER

La quasi-majorité des partis prenant part à ces élections du 25 novembre 2011 savent qu’ils seront jugés sur des programmes réalistes ce qui ne les a pas empêchés de s’adonner à une surenchère qui aggrave le manque de visibilité entourant les promesses. Ainsi la plupart d’entre eux s’engagent  créer plus d’hôpitaux et à accorder dans une curieuse unanimité 5 milliards de dh pour l’édification de 5 nouveaux centres hospitaliers universitaires (CHU) à travers le royaume. L’autre objectif tracé est de parvenir à avoir un médecin pour 2000 habitants, un infirmier pour mille ainsi qu’un centre de santé de proximité pour 5000 habitants dans le monde rural. Selon eux également, une enveloppe de 4 milliards de dh devrait être réservée à la mise à niveau des établissements hospitaliers régionaux et provinciaux. Restant dans les généralités, les formations politiques ne précisent pas comment il conviendra d’augmenter l’investissement public dans ce secteur sachant qu’il ne dépasse pas les 7 % du budget de l’état, de même qu’ils ne s’attardent guère sur les mesures urgentes à mettre en œuvre pour pallier les déficiences actuelles que les marocains vivent au quotidien comme le taux alarmant de mortalité infantile, le prix du médicament, la gestion hospitalière et celle catastrophique des urgences…Mais promesse est faite de la part de la plupart d’entre eux dans leur slogan, de généraliser la couverture médicale et de rationnaliser la gouvernance de la santé et de réduire les disparités entre les différentes régions du pays.

Au niveau de l’emploi, il a été enregistré une véritable foire aux promesses qu’il sera difficile de tenir raisonnablement. Sans aller également à en expliquer les mécanismes, la fourchette de la création d’emplois , principalement dans le secteur public, varie de 150 000 par an jusqu’à 250 000, des chiffres qui laissent songeur quand on sait que le mamouth a besoin d’un sérieux dégraissage surtout après la vague de recrutements par milliers qui l’a déjà asphyxié cette année 2011 pour contenir la grogne sociale. Du reste, cette politique du recrutement en masse dans le secteur public suscite déjà la grogne des organisations financières internationales comme la banque mondiale et le FMI.  

Les stratèges qui ont confectionné les programmes des partis politiques en course pour la députation ont ainsi pêché par manque de réalisme et de clairvoyance et le gouvernement à venir au lendemain du 25 novembre aura une mission ingrate double: gérer à la fois ces promesses difficiles à tenir et les cadeaux empoisonnés légués par l’actuel exécutif.

Jalil Nouri pour actu-maroc ______________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires