ELECTIONS : UN MORT, UN SUICIDE ET D’AUTRES DÉGÂTS A VENIR

ELECTIONS : UN MORT, UN SUICIDE ET D’AUTRES DÉGÂTS A VENIR

923
0
PARTAGER

Il semble bien que ce soit le prix à payer pour l’organisation
d’élections libres et transparentes par manque de maturité: des
agressions violentes à l’arme blanche en série dans l’une vient de se
solder par la mort d’un candidat, une tentative de suicide d’un autre,
ce ne sont pas là les seuls dérapages de cette campagne qui a
enregistré d’autres dérives éloquentes.

Parmi elles, l’utilisation des enfants comme rabatteurs dans la
campagne par deux ministres appartenant au parti islamiste alors que
l’un d’entre eux s’est distingué par le recours à des voitures
appartenant à l’administration ainsi qu’à des symboles sacrés, ce que
la loi interdit formellement, alors que le premier ministre dont la
neutralité est exigée, continue de faire allègrement campagne au
profit des candidats de son parti en plusieurs endroits du pays, ce
qui lui a valu d’être chassé d’un de ces meetings par une foule
déchaînée de militants d’autres formations après l’avoir hué.

Oubliée la distribution de billets de banque pour l’achat de voix, un
candidat a trouvé le moyen d’inciter tous les délinquants de sa
circonscription à voter pour lui en leur distribuant de la drogue et
de l’alcool sans intervention de la police. Ce n’est ici qu’un aperçu
sur les bizarreries d’une campagne électorale qui n’a pas livré tous
ses dépassements.

Par Jalil Nouri

Commentaires