Elizabeth Taylor n’est plus, le monde lui rend hommage

Elizabeth Taylor n’est plus, le monde lui rend hommage

141
0
PARTAGER

Elle avait été admise au début du mois de février au centre médical Cedars-Sinaï de Los Angeles pour un problème cardiaque.

Au cours des deux dernières décennies, l’actrice a été hospitalisée à une centaine de reprises, notamment pour des problèmes de dos, pour le remplacement de ses hanches, pour un cancer de la peau et pour l’ablation d’une tumeur au cerveau.

En octobre 2009, elle a également été opérée au coeur, quatre ans après avoir admis qu’elle souffrait d’insuffisance cardiaque.

A l’annonce du décès d’Elizabeth Taylor, les hommages à l’une des dernières grandes légendes d’Hollywood, , s’accumulaient de partout

 

Nancy Reagan, ancienne actrice et veuve de l’ancien président américain Ronald Reagan : « Elizabeth Taylor était une amie chère. Je l’ai connue quand nous débutions toutes deux à la MGM alors qu’elle n’était qu’une adolescente, et puis je l’ai vue devenir une des plus grandes actrices d’Hollywood. C’était une femme passionnée, et pleine de compassion, pour tout ce qui l’entourait : sa famille, ses amis et les victimes du sida. C’était une véritable légende, et elle nous manquera. »

Franco Zeffirelli, réalisateur italien qui dirigea l’actrice dans La mégère apprivoisée (1967) et Toscanini (1988) : « Je suis très triste. Nous avons perdu une figure mémorable que j’ai eu la chance de connaître et avec qui j’ai travaillé sur deux films. (…) Avec elle disparaît une diva comme il n’en existe plus. Elle était très belle, intelligente, et assez diva pour créer chez ceux qu’elle rencontrait juste ce qu’il faut d’embarras. C’était aussi une femme plus que libérée, qui s’est permis d’avoir huit mariages et sept maris à une époque très différente de celle d’aujourd’hui. »

Frédéric Mitterrand, ministre français de la Culture : « C’était la dernière star, comme on dit le dernier empereur, la dernière reine. Sa carrière correspond à une grande période du cinéma romanesque et au moment où ce cinéma hollywoodien s’appuyait sur des scripts d’une qualité exceptionnelle. » Elizabeth Taylor était la « personnification de l’héroïne, à la manière de Tennessee Williams, admirable dans La chatte sur un toit brûlant, dans Soudain l’été dernier, dans tous les films avec Richard Burton où on avait le sentiment que vie et cinéma se confondaient exactement ».

Chris Dodd, sénateur américain et président de l’Association du cinéma américain (MPAA) : « Nous sommes profondément attristés par la mort d’Elizabeth Taylor. Sa contribution artistique à l’industrie du cinéma est incalculable. Après 70 ans de carrière et 50 films, son talent a résisté à l’usure du temps et a transcendé des générations de cinéphiles. C’était une véritable icône de l’Amérique, dont l’héritage dépassait de beaucoup son talent d’actrice, notamment ses efforts pour mener le combat contre le sida. »

Line Renaud, chanteuse et comédienne française : « Liz avait un talent fou, elle était d’une beauté extraordinaire et unique. Elle était une excellente comédienne à la carrière gigantesque, un grand monstre sacré du 7e art. Liz a été la première à médiatiser la lutte contre le sida en mobilisant les artistes. »

Actu-maroc.com _________________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires