En Corée du Sud, le scandale des diamants du Cameroun prend de...

En Corée du Sud, le scandale des diamants du Cameroun prend de l’ampleur

184
0
PARTAGER

Avec notre correspondant à Séoul, Frédéric Ojardias

L’affaire commence en décembre 2010. L’entreprise sud-coréenne CNK international décroche les droits d’exploitation d’une mine de diamants au Cameroun. Le gouvernement sud-coréen, euphorique, estime alors la valeur du gisement à 420 millions de carats(*), soit 2,5 fois le montant total de la production mondiale en 2007.

Séoul parle de « succès de sa diplomatie des ressources naturelles » et la valeur des actions de CNK est multipliée par 4,6 en 16 jours. Hélas, très vite, les doutes s’accumulent quant à la richesse réelle des mines de Mobilong. De nombreux fonctionnaires sud-coréens sont suspectés d’en avoir tiré un profit personnel.

Le 17 janvier 2012, Séoul a réagi en suspendant Kim Eun-sok, son ambassadeur pour les ressources naturelles, accusé d’avoir joué un rôle actif dans cette surévaluation frauduleuse. Des membres de sa famille avaient acheté des actions CNK avant l’annonce de l’accord, réalisant ainsi d’immenses bénéfices. Hier, c’est au tour du patron de l’entreprise d’être poursuivi : l’opération lui aurait rapporté 55 millions d’euros.

Les procureurs sud-coréens ont promis de convoquer d’autres suspects très haut placés dans les jours qui viennent, parmi lesquels un ancien vice-ministre.

 

rfi.fr_______________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires