En dépit du « Oui » massif, les Marocains de France de plus en...

En dépit du « Oui » massif, les Marocains de France de plus en plus aux urnes

142
0
PARTAGER

–Par Amal TAZI et Nour Eddine HASSANI–

A Paris, Pontoise, Villemomble et Orly, comme dans la plupart des bureaux de vote ouverts dans les consulats et d’autres lieux en France, ils étaient de plus en plus nombreux à venir le week-end accomplir leur devoir de citoyen, plusieurs n’ayant pas pu le faire vendredi à cause de leur travail.

Contrairement au premier jour du vote, vendredi, où le pic de l’affluence a été observé le matin avec des files qui commençaient à se former devant certains bureaux de votes dès 7h00, contrainte de travail oblige, les arrivées des votants s’étalaient le week-end sur toute la journée, dans une ambiance plutôt décontractée.

Enfin presque. Aicha, qui travaille dans l’hôtellerie, est inquiète. Elle est de service ce weekend et se demande si elle aura le temps de faire la queue pour accomplir son « devoir de citoyenne » avant de se rendre à son travail. Ce ne sera pas un problème. L’esprit de solidarité l’emportant, sans surprise, auprès de ses concitoyens la précédant dans la file. Ils ne trouvaient aucun inconvénient à ce qu’elle vote en premier.

Mohamed a également pu compter sur la compréhension de ses compatriotes pour passer en priorité. Lui, il ne travaille pas mais avait un avion à prendre dans deux heures et a insisté, quand même, à venir voter, quitte à prendre le risque de rater son vol.

Comme Aicha, il ne veut pas manquer ce rendez-vous décisif de l’histoire du Maroc, augurant d’un avenir meilleur pour tous les Marocains.

Déjà au fait de la victoire écrasante du oui, selon les résultats provisoires du référendum, ils perçoivent leur participation plus comme acte « symbolique » de leur contribution à l’édifice de ce nouveau Maroc, « moderne, démocratique et juste ».

Un avis partagé par d’autres votants approchés par la MAP, qui disent que le plébiscite pour la nouvelle constitution ne faisait aucun doute.

« Ce résultat est tout à fait normal et ne m’étonne absolument pas », confie Mina, gardienne d’immeuble à Paris où elle vit depuis une vingtaine d’années.

« Comme tout le peuple marocain, nous sommes mobilisés derrière SM le Roi et nous répondons naturellement à l’appel de notre Roi, pour un avenir meilleur à notre pays et à nos enfants », explique cette originaire de Casablanca, qui vient voter en compagnie de sa fille.

Noureddine, agent dans la fonction publique en France, est à sa première expérience de vote et se dit ravi que le projet de nouvelle constitution « est plus que plébiscité », fort de ses avancées, notamment en matière de justice sociale et de séparation des pouvoirs.

S’il tient à se rendre aux urnes c’est pour « confirmer davantage ce plébiscite ».

« Nous étions sûr que le « oui » allait l’emporter majoritairement et nous avons décidé quand-même de tendre la main à nos compatriotes pour faire avancer le pays », affirme, de son côté, Mimoun, venu au bureau du Consulat de Villemomble avec sa femme et son bébé, avant de partir en vacances.

Cet ingénieur BTP, établi en France depuis 20 ans, vote également pour la première fois et c’est avec fierté qu’il a glissé l’enveloppe dans l’urne, tenant son bébé par le bras libre, une manière de l’associer à cet événement historique.

« Si nous, les MRE, ne votons pas aujourd’hui, ça sera ridicule de demander ce droit demain, pour d’autres consultations électorales. Nous voulons saisir notre droit pour ensuite le conserver », lance son épouse, Mounia, originaire comme lui de Berkane.

Attaché à accomplir « son devoir de citoyen », Ahmed, chef d’entreprise en région parisienne, ne veut pas révéler son vote mais ne s’empêche pas de vanter les avancées apportées par le projet de nouvelle constitution.

« Nous sommes dans un pays démocratique. On a le droit de choisir entre le oui et le non. Et justement la constitution vient consacrer ce droit, ce que j’approuve totalement », relève ce quadragénaire, originaire de Mohammedia.

Il estime que les résultats partiels du référendum « prouvent que le peuple est content et approuve la nouvelle constitution annonciatrice d’un changement vers l’avant pour plus de développement et de démocratie ».

De son côté, Ahmed, jeune étudiant dans une école d’ingénieurs à Paris, s’est félicité de pouvoir se rattraper après s’être trompé la veille du bureau de vote où il pouvait accomplir son devoir national.

Il ne voulait en aucun cas rater cette occasion qui lui permet d’exprimer son avis sur le chantier du changement.

« C’est un point très positif pour l’avancement de notre pays. SM le Roi a fait un grand pas vers la démocratie et l’évolution du pays », a affirmé cet étudiant de 25 ans qui compte rentrer « le plus tôt possible » au Maroc, convaincu que « vu le changement qui s’opère, il y aura des opportunités intéressantes d’y faire carrière ».

Le rêve de retour au bercail caresse également Bouchra, ravie de la dynamique de développement enclenchée dans le Royaume à laquelle elle souhaite, « en tant que citoyenne », apporter sa contribution.

Cette responsable de clientèle dans un centre d’appel est d’autant plus motivée que le secteur de son activité est « très prometteur » au Maroc.

Cette perspective du retour au pays, elle la partage avec Hicham, auditeur-commissaire aux comptes, et son épouse Meryem, chargée des ressources humaines dans une société de services, qui affirment n’avoir jamais perdu le contact avec le pays.

« Malgré le fait qu’on soit en France, on est tout le temps au courant de ce qui se passe là-bas, et puis on est jeunes et on veut participer à l’avancement de notre pays », confie ce couple de trentenaires.

Hicham et Meryem savaient très bien que le « oui » l’avait largement emporté, pourtant ils sont venus voter, car « quel que soit le résultat du vote au Maroc, on veut sentir qu’on est impliqué dans la politique marocaine ».

« Nous sommes nés au Maroc. Nous aimons notre pays et nous continuons à l’aimer. Ce vote est donc la preuve de notre amour », ajoutent-ils, en saluant l’ouverture du vote au MRE et le geste fait dans la nouvelle constitution à leur égard.

Aux sièges des consulats comme dans les autres bureaux de vote, le référendum a été célébré par les Marocains de France, musulmans et juifs, comme une fête qui aura duré trois jours, une occasion de se retrouver, de communier avec le reste du peuple, et de former le voeu que les Marocains restent unis et se mettent au travail pour faire face aux défis du pays.

MAP__________________________

 

 

 

 

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires