PARTAGER

Khadija Amrir a un destin incroyable qu’elle raconte aux médias depuis sa sortie de prison lundi dernier après avoir bénéficié d’une grâce royale.

Khadija, la quarantaine passée, a une histoire peu ordinaire puisque c’est la première femme à avoir été condamnée à la peine de mort dans l’histoire de la justice marocaine suite à l’assassinat de son mari, un crime qu’elle a reconnu devant le tribunal au moment des faits.

Entrée très jeune en prison alors qu’elle aborde ses vingt printemps, Khadija a eu une conduite exemplaire en prison durant ses vingt années de détention, ce qui lui vaut aujourd’hui également d’être la première femme à avoir bénéficié de trois réductions de peine jusqu’à sa libération définitive à l’occasion de la fête du trône. Elle a pu ainsi retrouver ses enfants après une si longue absence et son ère centenaire dont c’était le rêve ultime de revoir sa fille avant sa mort. Si elle ne revient pas sur les circonstances du meurtre de son mari, un cauchemar qu’elle a mis du temps à oublier mais dont la jalousie semble avoir été la motivation, Khadija, s’épanche volontiers devant les caméras et les micros, sur les raisons qui ont fait d’elle un modèle dans l’univers carcéral marocain et qui lui ont permis d’échapper à la peine capitale qu’elle n’a jamais cru pouvoir un jour éviter.

Commentaires