PARTAGER

Une nouvelle sortie remarquée dans les médias algériens sur la situation en constante dégradation en Algérie. Il s’agit cette fois-ci de l’ancien conseiller du président Abdelaziz Bouteflika et ancien ministre ainsi que président de l’assemblée, le très écouté autrefois, Abdelaziz Ziari, qui dresse un tableau très sombre et alarmiste sur l’état actuel de son pays qu’il juge au bord du gouffre des incertitudes.
Pour éviter un chaos prévisible, Ziari conseille à celui qu’il a conseillé par le passé, de procéder à des réformes profondes et au cantonnement de l’armée dans ses casernes, loin du champs politique, pour assurer un changement générationnel aux commandes de l’état et éviter au pays de vivre les révolutions sans fin que vivent d’autres états arabes confrontés à la guerre civile. Le constat de Ziari est lucide et sans complaisance pour le régime. Ce sage estime que le président Bouteflika est pris en otage par son entourage et devrait d’être sous la tutelle de certains proches, dont des hauts gradés dont la tache, dit-il, est de s’occuper plutôt de la situation sécuritaire du pays.
Il en appelle en conclusion à une révision de la constitution et la mise en œuvre d’une nouvelle politique au plus haut sommet de l’état avec un changement d’hommes qui devraient céder la place à une nouvelle élite, car la génération de la révolution est finie.

Commentaires