ENTRE LES LANGUES DE MOLIÈRE ET SHAKESPEARE, LES MAROCAINS ONT FAIT LEUR...

ENTRE LES LANGUES DE MOLIÈRE ET SHAKESPEARE, LES MAROCAINS ONT FAIT LEUR CHOIX

350
0
PARTAGER

N’en déplaise au premier ministre, Abdelilah Benkirane qui voulait
voir la langue anglaise devenir la première langue étrangère enseignée dans les écoles marocaines, il existe peu de chance de voir le français être détrôné aussi vite.

Si l’on se réfère à quelques fuites sorties des coulisses du Conseil
Supérieur de l’Education et de la Recherche en voie de boucler son projet très attendu de réforme globale du système d’enseignement, la balance pencherait parmi ses membres pour le maintien de la langue de Molière comme première langue étrangère pour à la fois des raisons historiques, objectives, politiques et économiques, la France étant le premier partenaire commerciale du royaume.

De lus, l’expérience des lycées « option français » toujours à l’essai,
semble avoir donné des résultats encourageants pour l’avenir en
démontrant que les élèves avaient plus d’affinités avec la lange
française qu’avec la langue de Shakespeare qu’ils ont moins l’habitude d’entendre dans leur environnement. Et comme pour enfoncer le clou au niveau de la symbolique, une visite dans l’un de ces établissements expérimentaux a été programmée pour recevoir le chef de la diplomatie française dans le royaume. Il fallait bien que ce débat soit posé et tranché dans l’intérêt des partisans et des adversaires de ce choix cornélien.

Commentaires