Entretien à Madrid entre le SG de l’UpM et la ministre espagnole...

Entretien à Madrid entre le SG de l’UpM et la ministre espagnole des AE

188
0
PARTAGER

Cette réunion a été l’occasion de rappeler les principales actions menées au niveau de l’UpM ces derniers mois et d’évoquer les développements politiques dans la région méditerranéenne, notamment en Libye, en Syrie et en Tunisie.

Dans une déclaration à la MAP au terme de cette entrevue, M. Amrani a indiqué qu’il a mis l’accent, ainsi que la chef de la diplomatie espagnole, sur la nécessité de relancer l’UpM, notamment en associant l’ensemble des acteurs à cette mission et en se fixant de nouvelles priorités.

« Aujourd’hui, à un moment où l’Europe est en train de réfléchir à une nouvelle politique de voisinage, la Méditerranée est devenue au centre de l’agenda politique internationale et une priorité, comme le démontre le résultat du dernier Sommet de Paris « sur la Libye, a-t-il souligné.

Le SG de l’UpM a relevé, dans le même contexte, qu' » il ne saurait y avoir de développement économique dans la région sans qu’il y’ait une ouverture de la Méditerranée sur son environnement immédiat et une meilleure interaction avec l’ensemble des partenaires, surtout au niveau des pays du Sud ».

M. Amrani a mis en relief, par ailleurs, le rôle joué par l’Espagne dans l’espace euro-méditerranéen, ajoutant que Madrid a toujours considéré la Méditerranée comme un axe prioritaire pour sa politique étrangère.

Il a fait savoir que la ministre espagnole a insisté, lors de cette entrevue, sur ce point, ainsi que sur  » l’importance non seulement de la Méditerranée, mais aussi de l’UpM pour la stabilité et la paix dans notre région ».

M. Amrani a fait savoir, en outre, que le secrétariat de l’UpM est actuellement en train de mener une réflexion stratégique sur l’avenir de cette région, soulignant qu’il s’agira de donner une nouvelle impulsion au partenariat euro-méditerranéen.

M. Amrani a relevé, à ce propos, que la ministre espagnole lui a fait part de la détermination de son pays à jouer un rôle pour que  » la politique européenne de voisinage puisse accorder une priorité à la dimension Sud, en cohérence avec les autres institutions et organisations qui s’intéressent à la Méditerranée comme le Groupe 5+5 par exemple ».

Concernant les transitions politiques dans la région, M. Amrani a indiqué que l’Espagne a exprimé sa détermination à travailler avec l’ensemble des partenaires pour accompagner ces changements et à oeuvrer également pour la mise en oeuvre de projets régionaux concernant la société civile, la nouvelle zone démocratique et les droits et libertés.

Evoquant la situation en Libye, M. Amrani a insisté sur la nécessité que ce pays retrouve sa place au niveau de l’espace euro-méditerranéen et dans le concert des nations.

Cette réunion a été une occasion d’examiner les perspectives de coopération et de partenariat au niveau méditerranéen, a souligné le ministère espagnol des Affaires étrangères et de la coopération.

Les deux responsables ont mis l’accent sur le contexte de cette réunion qui se tient, a dit Mme Jiménez,  » dans des circonstances historiques très particulières », ajoute la même source dans un communiqué rendu public au terme de cette entrevue.

Ils ont relevé que le partenariat euro-méditerranéen est d’une  » importance capitale, vu la valeur ajoutée qu’il peut apporter en termes d’appui à la démocratie, à la stabilité économique et au développement de cet espace géographique ».

La chef de la diplomatie espagnole a rappelé que ce partenariat constitue  » l’une des plus grandes priorités de la politique étrangères espagnole », tout en exprimant son appui aux projets que l’UpM est en train de mettre en oeuvre dans les domaines de l’environnement, des énergies renouvelables, de la promotion des PME, de l’éducation, des transports et de la Protection civile.

map ______________

 

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires