PARTAGER

Quel que soit le degré de satisfaction ou de déception du public marocain après les deux tests amicaux face à la Côte d’ IVOIRE et la Guinée, il s’agit à l’heure actuelle de rester positifs et laisser Baddou Zaki tirer les leçons et les enseignements nécessaires afin de corriger ce qui peut encore l’être avant les compétitions officielles et les rendez-vous fatidiques contre le Cap Vert pour la qualification à la Can 2016, et la Guinée Équatoriale dans l’optique de la coupe du monde de. Russie en 2018.

En effet, si l’on veut voir le verre à moitié plein on va dire que les deux tests ont été très concluants et que Baddou Zaki et son staff vont certainement en tirer les conclusions techniques qui s’imposent.

Le Onze national a bien combiné faisant circuler le ballon dans tous les sens montrant de bien belles dispositions techniques et tactiques et affichant des promesses qui permettent d’espérer pour les compétitions à venir.
Sinon, si l’on veut voir le verre à moitié vide on va dire que des motifs persistants d’inquiétude vont continuer à planer autour de cette équipe. La valeur intrinsèque et la qualité des joueurs ne sont pas mises en cause , mais l’organisation défensive laisse à désirer. La preuve, à chaque accélération ou incursion adverse il y avait le feu dans notre surface.
Au milieu de terrain, cela a bien combiné certes mais de façon trop latérale et l’on a très rarement trouvé la profondeur.
En attaque, on a été franchement inoffensifs avec des joueurs qui préfèrent donner la passe lorsqu’il faut tirer au but , ou alors dribbler lorsqu’il s’agit de donner la passe à un partenaire mieux placé.
Au final, on a eu droit à très très peu de tirs cadrés, ce qui est très significatif et très flagrant .
En attaque, cette équipe a besoin d’un artificier et d’un tueur qui ne se pose pas de questions pour mettre le feu à la poudre.
Et puis, cette baisse de régime et de rythme en seconde période est inacceptable à ce niveau et il faudra y remédier au plus vite sinon on n’ira pas très loin.
Il faut toutefois féliciter le coach national car il n’a pas l’air de céder à la pression du public et celle des médias et ne se laisse absolument pas influencer sur sa manière de diriger son groupe .
On connaît bien Baddou Zaki, il mourira avec ses idées mais souhaitons lui d’être champion d’Afrique et d’aller en coupe du monde bien avant.
Cela risque d’être très dur et très compliqué car certaines équipes africaines ont pris une avance considérable sur tous les plans.
Le challenge ,toutefois, en vaut bien la peine.

Par Hafid FASSI FIHRI

Commentaires