Maison Local Culture Esclave sexuelle pendant 13 ans

Esclave sexuelle pendant 13 ans

1530
0
PARTAGER

En 1987, Anna Ruston a été enlevée par un homme qui, pendant 13 ans, lui a fait vivre les pires sévices et l’a même obligée à avoir des relations sexuelles avec d’autres hommes. Aujourd’hui âgée de 44 ans, cette Britannique raconte son histoire sidérante dans un livre au témoignage glacial.

Pendant 13 ans, Anna est pratiquement restée tout le temps dans une chambre. Ses seuls contacts avec l’extérieur se déroulaient lors de ses visites à l’hôpital lorsqu’elle est tombée enceinte. Elle vivait avec Malik, chauffeur de taxi, sa mère, ses frères et leurs enfants. Personne n’a jamais appelé à l’aide.

« Je me souviens encore très bien de la chambre et ce petit coin où on me faisait du mal », raconte-t-elle. « Mais au bout d’un moment, je ne ressentais plus cette douleur, mon corps s’était complètement refermé de lui-même. Et je peux encore me souvenir du seau que j’utilisais comme toilette, l’odeur de la fumée quand il fumait, … Je suis arrivée à un point où je ne savais plus ce qu’était la vie. »

Sa grand-mère meurt, ses parents n’en veulent pas
Très faible psychologiquement lors de sa rencontre avec Malik, Anna Ruston a tout de suite fait confiance à cet homme. « Ma grand-mère est décédée quand j’avais 10 ans et mes parents ne voulaient pas de moi. Quand quelqu’un me donnait de l’affection, je la prenais des deux mains. Malik me demandait comment je me sentais, c’était agréable d’être en face de quelqu’un qui s’intéressait à vous. Quand il m’a demandé de venir chez lui pour prendre le thé, il savait très bien que je n’allais manquer à personne et qu’on n’allait pas se mettre à ma recherche. »

Rien ne semblait anormal quand Anna est arrivée chez Malik, qui vivait avec ses frères, leurs femmes, leurs enfants et sa mère. « Ils m’ont servi du thé. Malik a dit que je pouvais loger chez lui. Je ne pensais qu’il n’y avait rien d’anormal. »

13 ans de torture
C’est pourtant à partir de cet instant que tout a basculé. Malik est rentré dans sa chambre, l’a copieusement insultée avant de lui dire qu’il allait faire d’elle son esclave. Il l’a frappée et violée avant de quitter la pièce en fermant la porte. Une scène qui allait se reproduire pendant 13 ans.

« Malik m’a donné des habits traditionnels, a teint mes cheveux en noir, m’a fourni un voile. » Anna pense que c’est pour cette raison que les autorités n’ont rien dit, de peur d’être accusées de discrimination.

Au bout d’un moment, l’un des frères de Malik a commencé lui aussi à abuser d’elle. Malik y a vu l’opportunité de gagner de l’argent et a donc décidé de la prostituer.

Quatre enfants revendus
Les femmes de frères ont pourtant tenté d’aider Anna, en lui donnant par exemple des antidouleurs. « Mais elles avaient trop peur de dire quelque chose, elles étaient aussi maltraitées. »

Durant sa captivité, Anna a donné naissance à quatre enfants. Elle n’a pas pu en profiter longtemps car son bourreau les aurait revendus à leur naissance.

Et ses tentatives d’évasion n’ont jamais réussi. « J’ai essayé de m’enfuir à deux reprises par la porte de derrière mais j’ai été rouée de coups à chaque fois. » Elle a même envisagé la mort de Malik, sans parvenir à ses fins.

« Aidez-moi! »
C’est lors de son dernier accouchement qu’elle a enfin réussi à sortir de cet enfer. Anna a écrit une lettre pour une infirmière avec le message « Aidez-moi », à un moment où Malik et sa famille étaient absents. Lorsque l’infirmière est venue dans sa chambre, elle a laissé tomber l’enveloppe. « Je crois qu’elle devait avoir des soupçons car elle a directement mis son pied dessus, avant de la ramasser. »

Les deux femmes ont alors imaginé un stratagème. L’infirmière a fait sonner le téléphone de la maison trois fois. Anna a alors demandé pour aller aux toilettes mais en a profité pour s’échapper, pendant que la famille faisait sa prière. Anna voulait d’abord s’échapper par la porte de derrière… avant de constater que les clés de la maison étaient sur la porte de devant. « Je crois que ma grand-mère veillait sur moi », dit-elle.

Arrivées au poste de police, elles ont raconté l’histoire aux policiers. Malik en avait fait de même en expliquant que sa femme, mentalement déficiente, s’était échappée de chez lui. Les policiers ne l’ont pas cru.

Anna est libre, son bourreau aussi
Aujourd’hui, Anna tente de se reconstruire comme elle peut. Elle partage sa vie avec Jamie, son amour d’enfance. Le couple a eu quatre enfants, deux garçons et deux filles. Mais les séquelles physiques et mentales sont encore nombreuses. Elle n’a pas eu le courage de déposer plainte et de témoigner contre Malik. Son livre est une première étape. Son bourreau, lui, est libre.

Source: 7sur7

Commentaires