Essaouira, deuxième destination de tourisme sexuel

Essaouira, deuxième destination de tourisme sexuel

8561
0
PARTAGER

Essaouira, la ville des alizés commence à payer le prix du boom touristique qu’elle connait actuellement. Le revers de la médaille est le tourisme sexuel qui tire cette ville vers le bas en reprenant les recettes qui ont hissé la première destination marocaine, Marrakech, parmi les dix villes mondiales portant le label « tourisme sexuel ».

Bars fréquentés par des prostitués, pédophiles accompagnés de jeunes marocains, Spa ou semblant de centres de bien-être cachant difficilement des lieux de débauches y compris dans les quartiers populaires… La faune de touristes étrangers attirés par le commerce de la chair a été désormais adoptée par cette cité tranquille repliée sur elle-même et vivant sur son riche passé.

La lutte engagée contre le tourisme sexuel à Marrakech a visiblement fait fuir cette clientèle qui s’est repliée vers cette nouvelle destination encouragée par le laxisme des autorités locales qui ne semblent guère inquiète de cette tournure prise par l’activité touristique qui n’ira pas sans causer des dommages irréversibles à l’image d’Essaouira que l’on croyait plutôt orientée vers un tourisme culturel grâce à la dimension internationale produite par le succès d’événements comme le festival des Gnaouas ou celui des Alizés pour la musique classique.

Commentaires