PARTAGER
La ministre déléguée à l’environnement doit se sentir mal à l’aise dans ses petits souliers maintenant que la « COP 22″ s’est achevée sur un bilan positif , en partie grâce à elle, elle qui a décroché le titre envié de « Championne du climat  » de son pays. Un honneur dans le langage de l’ONU, sauf que cette responsable se trouve dans une position très inconfortable.
Son parti, le « Mouvement Populaire » est sur le point de quitter le gouvernement pour ne pas y revenir et la ministre de l’environnement devra céder son portefeuille au moment où le gouvernement a besoin d’elle pour poursuivre le travail pendant un an puisque le Maroc assure la présidence de cette « COP » , incarnée par Salaheddine Mezouar, l’actuel chef de la diplomatie, qui, lui, n’est pas concernée par ce changement puisque il est question qu’il conserve son poste avec ou sans la participation de sa formation du RNI.
Pour Hakima El Haite, la situation est autrement plus compliquée, car, malgré son excellent travail reconnu de tous, elle ne dispose pas de soutiens influents au sein de son parti pour éviter que son étoile ne brille plus. Il lui suffit de se tourner pour cela vers l’étranger pour activer ses connaissance de premier plan et rester dans le circuit qui s’est montré très ingrat envers elle.

Commentaires