PARTAGER

En souhaitant que le royaume rejoigne les 15 pays de la CEDEAO, la Communauté Économique des États d’Afrique de l’Ouest, comme il vient d’en faire part officiellement la présidente de cet ensemble créé en 1978, le roi Mohammed VI a tenu à lancer deux messages. Le premier enterre définitivement ou met en veilleuse plutôt l’appartenance du royaume à l’UMA, l’Union du Maghreb Arabe, et le second consiste à placer tous les espoirs du pays à rejoindre l’ensemble régional le plus important d’Afrique afin de donner encore plus de dynamisme aux relations économiques du royaume avec les pays membres de cet ensemble, porteur d’avenir et qui a su se maintenir, au delà des crises bilatérales, comme une vraie puissance régionale, crédible et prometteuse pour les investissements marocains dans cette partie la plus stable du continent.

Occupant déjà le siège d’observateur au sein de ce groupement d’états, le Maroc a eu tout le loisir d’apprécier son fonctionnement démocratique et la solidité de ses instances internes, Rabat n’y compte en outre que des pays amis et pourrait voir son adhésion, accèlérer le processus de retour au sein de L’Union Africaine et voir ses démarches au sein de ce dernier, renforcées par le soutien des 15 états de la CEDEAO, en somme que des bénéfices sur toute la longueur de la ligne.

Par Jalil Nouri

Commentaires